A Sangmélima, le RDPC offre un spectacle désastreux – Bruno Bidjang

0

• Le RDPC renouvelle ses organes de base

• Jean Sylvain Mvondo, le protégé de Louis Paul Motaze, triomphe à Sangmélima

• Bruno Bidjang parle d’un spectacle désastreux

La région natale du président de la République Paul Biya n’a pas échappé aux vents sombres qui soufflent sur la fête de la flamme dans le cadre du renouvellement des orgues de base.

Le scrutin ne s’est pas déroulé dans une atmosphère apaisée. Le camp, dirigé par André Noël Essiane et soutenu par le député de Sangmélima, a utilisé tous les moyens pour barrer la route à Jean Sylvain Mvondo, le protégé de Louis Paul Motaze.

Dans une sortie publiée sur les réseaux sociaux, la rédactrice en chef de la chaîne de télévision Vision 4 revient sur le film du jour du scrutin qui est gravé dans la mémoire des militants du RDPC.

L’histoire complète ci-dessous

Au début de la polémique, la liste était conduite par Jean Sylvain Mvondo qui voulait invalider ses concurrents. Ils croyaient avoir réussi jusqu’à ce que Remy Ze Meka remette les choses en ordre. Essiane et ses associés pensaient avoir gagné KO.

Cependant, le vote d’aujourd’hui s’est bel et bien déroulé dans un contexte incendiaire. Les partisans d’Essiane ont tout fait pour empêcher le bon déroulement des événements et ont commis des actes de violence surréalistes.

Le député de Sangmélima, le soutien inébranlable d’Essiane, par exemple, s’est empressé comme un buffle de tout dégager sur son passage pour entraver la transparence qui semblait prévaloir. L’homme qui sentait venir la défaite trébucha.

Pendant que ces lignes s’écrivent, Sangmélima retient son souffle. Un vent nouveau souffle sur la ville. Le candidat que nous voulions destituer, haut la main, l’emporte.

Ce qui est d’ailleurs certain, c’est que désormais le RDPC aura un nouveau visage à Sangmélima, incarné par Jean Sylvain Mvondo.

CNPS : Voici le protégé de Louis Paul Motaze die Mekulu. veux remplacer

Protégé par le Minfi Louis Paul Motaze, connu pour sa prédation fréquente sur Minepat, il dit attendre la publication du décret de Paul Biya.

Jean Sylvain Mvondo, directeur de la programmation des investissements publics (DPIP) au ministère de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), annonce autour de lui l’imminent décret présidentiel qui le renverra à la Direction générale de la Caisse nationale de sécurité sociale. (Cnps) apporte. .

C’est une question de jours, dit-il. Probablement après le retour de Paul Biya de son « court séjour privé en Europe ».

Pour montrer une telle certitude, le pseudo-futur PDG explique qu’il est interpellé par l’actuel ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze. Qui a déposé son dossier auprès du Président de la République. Un faiseur de rois dans un sens qui assurerait également à quiconque l’entendra qu’il a l’oreille et la grande confiance du locataire du Palais de l’Unité.

C’est le même Motaze qui, tout en prévoyant le sort de Minepat (2007-2011, 2015-2018), a emmené Jean Sylvain Mvondo dans ses valises pour l’installer dans son noyau dur. Le « docteur Mvondo », humble professeur de philosophie dans les lycées et collèges, a d’abord été bombardé par son parrain de directeur adjoint du budget puis, en février 2016, emmené au prestigieux poste de Dpip. Une fonction personnalisée.

Confortablement installé, « Docta » devient un professionnel du délit d’initié. Avec l’aide lubrique de quelques gérants de maison triés sur le volet, il contrôle des sociétés aussi diverses que Ets Gircap Consulting, Fougère Services, Ecetrap, Soctraser, Lafontaine SCE, Safir, Avececy, Georgio et Compagnie, Génération ou Mury. prestations de service.

A la tête de cette galaxie, oeuvrant dans l’habitat, les infrastructures routières, l’énergie et l’eau, il a placé des femmes et des hommes de paille. Ces entreprises, avec de la machinerie lourde et des camions souvent achetés en leur propre nom, prennent le pas sur les marchés Minepat et le paiement des services – qu’ils soient réels, fictifs ou mal exécutés – arrive toujours par la poste.

PRINCE DE GBADOLITE

Également surnommées « Al Capone », la Dpip, les histoires racontées cachées dans Minepat concernent également la ligne « ligne 94 » du budget. Alors entre les 2, 3 et 4 mars 2018, profitant du long week-end après le remaniement ministériel, Jean Sylvain Mvondo, alors que son parrain et son patron viennent d’être muté aux Finances, court s’enfermer dans le cabinet que Louis quittera. Paul Motaze.

Maraboutage ou séance de prière ? Cependant, des sources fiables rapporteront plus tard la disparition d’un montant de 39 milliards de francs, dérivé en 48 heures grâce à « la magie du jeu comptable ».

Jean Sylvain Mvondo est devenu immensément riche et est désormais « le Prince de Gbadolite ». Ce nom désigne une zone de son fief Mkpwang, situé dans la banlieue de Sangmélima (Sud). C’est ici que, comme Sisyphe, il détruit et reconstruit constamment une petite ville milliardaire avec une cathédrale à son image. Gbadolite fait référence au lieu de naissance de l’excentrique Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu wa Za Banga, l’ancien président du Zaïre devenu la République démocratique du Congo.

C’est sans doute aussi grâce à ses modestes économies de fonctionnaire qu’il a offert de nouveaux véhicules à tous les élus de la capitale Dja et Lobo à la suite des dernières élections municipales.

Pilote local zélé du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir), il dit et aime écrire ses actions politiques dans la droite ligne de la politique des « grandes réalisations » du président national, Paul Biya. C’est cet homme à la réputation sulfureuse qui serait en passe de remplacer Noël. Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame, à la tête de la CNPS depuis le 7 avril 2008.

#Sangmélima #RDPC #offre #spectacle #désastreux #Bruno #Bidjang

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: