Affaire de la Camerounaise qui a tué ses collègues : voici ce qui s’est réellement passé

1

L’affaire fait écho aux États-Unis depuis plusieurs heures. Une Américaine d’origine camerounaise du nom de Raïssa KENGNE a tué deux de ses collègues de service et en a blessé un autre. Des sources indiquent qu’elle est déprimée. Elle a été arrêtée à l’aéroport international Hartsfield-Jackson d’Atlanta en Géorgie.

« La Camerounaise a été arrêtée lundi après que trois personnes ont été abattues dans le centre-ville d’Atlanta », a annoncé la police de la ville.

Selon le département de police d’Atlanta, un suspect a été arrêté dans la fusillade à l’aéroport international de la ville après l’évacuation des lieux. Cependant, les autorités enquêtent toujours sur les raisons de la fusillade et si les victimes ont été ciblées ou simplement choisies au hasard.

La fusillade a commencé peu avant 14 heures au centre-ville, faisant deux morts et un blessé. La police sur les lieux a déclaré qu’une personne avait été tuée. L’état des deux autres victimes est inconnu. « Nous avons une énorme quantité de ressources sur les lieux. Ils ont une pièce d’identité, ils sont donc en train de localiser l’agresseur », a déclaré la police au Atlanta Journal Constitution plus tôt dans l’après-midi.

Selon les médias locaux, les victimes de la fusillade étaient Wesley Freeman (41 ans) et Michael Shinners (60 ans). L’animateur de CBS 46, Shon Gables, a tweeté la nouvelle, citant le coroner du comté de Fulton.

En particulier, M. Freeman et M. Shinners ont été nommés accusés dans le procès intenté par Raissa Kengne plus tôt cette année, alléguant qu’ils étaient impliqués dans un complot contre eux. La propre page LinkedIn de M. Freeman le décrit comme un vérificateur de la sécurité de l’information qui a travaillé pour l’ancien employeur de Mme Kengne pendant près de 17 ans. « Nous ne pensons pas que ce soit une coïncidence », a déclaré la police.

La police d’Atlanta a déclaré qu’elle pensait que les victimes étaient ciblées mais qu’elle cherchait toujours un mobile.
« Nous ne pensons pas qu’il s’agisse d’actes de violence aléatoires », a déclaré le chef de la police par intérim, Darrin Schierbaum, lors d’une conférence de presse lundi après-midi. Le maire Andre Dickens a déclaré que la femme avait été arrêtée avant d’entrer dans une zone réglementée et que « la sécurité de l’aéroport n’a jamais été compromise ».

 

La suspecte d’Atlanta semble avoir intenté une action en justice contre son ancien employeur et d’autres parties en mai, faisant les mêmes affirmations que celles contenues dans ses publications sur LinkedIn.

Dans une plainte de 407 pages découverte par Kevin D. Reyes, un analyste du renseignement open source à l’Institute for Strategic Dialogue, Raissa Djuissi Kengne accuse son ancien employeur de conspirer avec sa société de gestion immobilière, des voisins et ses propres avocats se vengent d’elle.

« Cette affaire concerne les représailles, la persécution, le harcèlement, l’intimidation, les menaces, le cambriolage, le piratage informatique, l’usurpation de téléphone et d’autres attaques auxquelles le demandeur a été soumis après avoir signalé aux autorités compétentes une violation de [diverses lois financières] », indique la plainte.

Dans la version de The Independent, voir le voisin de Mme Kengne, Justin Mungal, avait en outre répondu longuement à la plainte, qualifiant sa plainte de « plaidoyer fusil de chasse » et contestant ses hypothèses.

Les messages LinkedIn que vous soupçonnez mentionnaient des bâtiments où la fusillade a eu lieu

Le tireur présumé d’Atlanta semble être un enquêteur de la sécurité de l’information qui a publié des messages sur les réseaux sociaux alléguant un complot contre elle, a découvert The Independent.

Selon la station d’information locale CBS 46, les agents de la circulation de la ville d’Atlanta ont déclaré lundi aux employés que le suspect s’appelait Raissa Kengne.

Et dans la semaine qui a précédé la fusillade, une page LinkedIn appartenant à un Raïssa Kengne a publié une série de messages mentionnant les mêmes bâtiments où les meurtres de lundi ont eu lieu.

Mme Kengne, dont la page LinkedIn la répertorie comme directrice générale de son propre cabinet comptable basé à Atlanta, a confirmé que son ancien employeur l’avait ciblée pour acte criminel parce qu’elle était de mèche avec le gérant de son immeuble.

« Ma maison a été cambriolée, mes ordinateurs ont été piratés et mes téléphones ont été usurpés », a-t-elle allégué, ajoutant qu’elle pensait que des « preuves » dans son coffre-fort avaient été supprimées.

Une vidéo la montrait en train de se disputer avec un policier, se plaignant qu’un cambriolage signalé à son domicile n’avait pas fait l’objet d’une enquête appropriée.

Les messages de Mme Kengne ont nommé le même bâtiment où la police d’Atlanta a déclaré que la première des deux victimes avait été abattue lundi.

Et l’entreprise pour laquelle elle travaillait auparavant a son bureau d’Atlanta dans le même bâtiment où la troisième victime a été abattue. La police d’Atlanta n’a pas encore identifié le suspect arrêté.

Une page LinkedIn a émergé qui semble appartenir au suspect dans la fusillade d’Atlanta.

Le service du métro d’Atlanta a envoyé un e-mail aux employés nommant la suspecte Raissa Kengne, selon CBS 46. Il existe en fait une page LinkedIn pour une femme du même nom qui vit à Atlanta et travaille comme enquêteuse en sécurité de l’information, correspondant apparemment à une vieille photo du suspect.

La propriétaire du site a publié une série de messages inhabituels, alléguant un complot criminel contre elle par l’un de ses anciens employeurs qui était de mèche avec le gérant de son immeuble, et a publié des vidéos de ses interactions avec le département de police d’Atlanta.

Selon la chaîne d’information locale CBS 46, le suspect pourrait être une femme nommée Raissa Kengne. La station a rapporté que le service de métro d’Atlanta, MARTA, avait envoyé un e-mail aux employés identifiant le suspect comme étant Mme Kengne et les avertissant de faire attention avec elle.
La police municipale n’a pas encore confirmé le nom du suspect.

ref: camerounweb

 

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire