Home Actualité Cameroun Bruno Bidjang : Kondengui affaire de liberté d’expression.
Actualité Cameroun

Bruno Bidjang : Kondengui affaire de liberté d’expression.

‘affaire Bruno Bidjang, un journaliste camerounais, suscite de vives interrogations quant à la nature de l’accusation et aux limites de la liberté d’expression dans le pays. Le journaliste risque une peine maximale de trois ans de prison pour « propagation de fausse nouvelle » selon l’article 113 du code pénal camerounais. Malgré avoir plaidé coupable et présenté des excuses publiques, il ne semble pas bénéficier de la clémence des juges, soulevant ainsi des préoccupations quant à l’équité de la procédure judiciaire.

Les faits à l’origine de la procédure judiciaire remontent au 2 février 2024, lorsque Bruno Bidjang publie une vidéo sur TikTok. Dans cette vidéo, il déclare que le peuple camerounais est davantage intéressé par des questions bien organisées plutôt que par les questions essentielles. Cette déclaration est considérée comme une « propagation de fausse nouvelle » selon l’accusation.

Le procès de Bruno Bidjang présente plusieurs zones d’ombre. Il est difficile de déterminer en quoi sa déclaration constitue une « nouvelle mensongère » et il n’est pas clair à quelle(s) autorité(s) publique(s) cette déclaration pourrait nuire et en quoi elle pourrait affecter la cohésion nationale. Ces questions restent sans réponse et suscitent l’étonnement des observateurs extérieurs à la procédure.

Malgré sa déclaration de culpabilité et ses excuses publiques, Bruno Bidjang voit son procès s’éterniser de manière anormale. Il a déjà subi deux renvois et attend toujours les réquisitions finales du ministère public ainsi que la vérification de son casier judiciaire. Cette prolongation du procès soulève des interrogations quant à l’équité et à la transparence de la procédure judiciaire.

L’affaire Bruno Bidjang met en évidence les limites de la liberté d’expression au Cameroun. Alors même que le président de la République, Paul Biya, avait déclaré que personne ne serait inquiété pour ses opinions, le journaliste se retrouve poursuivi pour avoir exprimé son point de vue. Cela soulève des préoccupations quant à la protection des droits fondamentaux, tels que la liberté d’expression, dans le pays.

En résumé, l’affaire Bruno Bidjang révèle un procès ambigu et prolongé, mettant en évidence les limites de la liberté d’expression au Cameroun. Malgré avoir plaidé coupable et présenté des excuses publiques, le journaliste risque une peine maximale de trois ans de prison pour « propagation de fausse nouvelle ». Cette affaire soulève des interrogations quant à la nature de l’accusation et à l’équité de la procédure judiciaire. Elle met également en lumière les défis auxquels est confrontée la liberté d’expression dans le pays.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Procès historique à Marseille : scandale de corruption en Afrique

Le procès des dirigeants de Bourbon pour corruption en Afrique débute à...

Révélations au procès Martinez Zogo : la vérité éclate, le tribunal tranche

Le procès Martinez Zogo révèle la vérité sur le meurtre du journaliste....

Meurtre de Martinez Zogo : Tensions au Tribunal militaire de Yaoundé

Tensions au Tribunal militaire de Yaoundé lors du procès du meurtre de...

Procès historique : lourdes condamnations pour trafic de cocaïne en Côte d’Ivoire

Verdict cinglant dans un procès pour trafic de cocaïne en Côte d’Ivoire...

[quads id=1]