Cameroun : la BBC révèle l’origine des armes lourdes des Ambazoniens

0

Le conflit de cinq ans au Cameroun pourrait prendre une nouvelle tournure importante avec des informations selon lesquelles ces groupes séparatistes anglophones reçoivent l’aide d’un groupe armé au Nigeria voisin.

Après deux attaques de combattants anglophones qui ont tué 15 soldats camerounais le mois dernier, l’armée a publié un communiqué déclarant que « les séparatistes ont utilisé des armes lourdes pour la première fois, en violation du droit international humanitaire ». Elle a ajouté que « la montée de ces groupes terroristes (…) est en grande partie due à leur collaboration avec d’autres entités terroristes opérant à l’extérieur du pays ».

Le porte-parole des Forces armées camerounaises, le colonel Cyrille Atonfack Nguemo, a contacté la BBC et n’a pas indiqué quels groupes étrangers auraient collaboré avec les séparatistes anglophones, qui se disent victimes de discriminations dans ce pays dominé par les francophones.

On ne sait donc pas si les soldats pensent appartenir à un ou plusieurs groupes armés, ni où ils se trouvent, mais les Forces de défense d’Ambazonie (ADF) ont confirmé leur alliance avec les peuples autochtones. a mené une campagne parfois violente pour l’autonomie dans le sud-est du Nigeria, dont une partie se trouve à 150 km de la frontière avec les régions anglophones du Cameroun.

Une vidéo publiée sur la page Facebook de l’ADF au début de l’année montre Cho Ayaba, le chef du Conseil de gouvernement d’Ambazonie – l’un des deux principaux groupes séparatistes anglophones, et le chef d’Ipob, Nnamdi Kanu, qui a une « orientation stratégique et militaire  » proposition. Les deux dirigeants séparatistes ont expliqué que les deux groupes « feraient des efforts pour sécuriser leur frontière commune et assurer un échange ouvert d’armes, de renseignements et de personnel ».

Quelle est l’importance de cette alliance?

Les analystes sont divisés. « A ce stade, la contribution de cette alliance sur le terrain dans la zone anglophone n’est pas encore claire », a déclaré Elvis Arrey, analyste principal pour le Cameroun au groupe de recherche International Crisis Group (ICG).

Cependant, Raoul Sumo Tayo, historien et analyste de la sécurité dans la région, estime qu’il ne faut pas le minimiser car il fournit aux deux groupes des bases arrière vers lesquelles ils peuvent se replier, hors de portée des forces armées de leur pays. C’est particulièrement important au Cameroun, où, selon lui, « les militaires étaient pratiquement absents » [des zones touchées par le conflit] avant le soulèvement et a donc une connaissance extrêmement limitée de la région ».

Les deux pays ont déjà discuté de la possibilité d’accorder à leurs forces de sécurité respectives le droit de traverser la frontière, notamment pour poursuivre les membres du groupe militant islamiste Boko Haram plus au nord, mais aucun accord n’a été trouvé.

D’où viennent les armes lourdes ?

Les autorités camerounaises n’ont pas donné beaucoup de détails sur le type d’armes utilisées, si ce n’est de mentionner brièvement les missiles antichars et les lance-roquettes.

Selon M. Arrey de l’ICG, certaines découlent même d’attaques contre les forces de défense et de sécurité. « D’autres armes viennent du Nigeria », ajoute-t-il. Selon M. Tayo, la zone du delta du Niger était même « une plaque tournante importante pour le commerce des armes dans la sous-région avant la crise dans les régions anglophones ».

#Cameroun #BBC #révèle #lorigine #des #armes #lourdes #des #Ambazoniens

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: