Cameroun : Le pouvoir jugera la force de frappe du MRC ce samedi à bafoussam

0

Le récépissé de déclaration, signé par le Sous-Préfet, tenant une réunion publique de la MRC à Bafoussam 1er a pour effet des chutes de neige sous les tropiques. Luttes politiques en perspective dans les coulisses.

La décision de la 1ère autorité administrative de Bafoussam d’accepter le communiqué de manifestation publique du MRC sans le contredire, comme c’est habituellement le cas, remet en cause les véritables intentions du pouvoir. Les différentes manières d’appréhender cette rupture des pratiques administratives vont bon train dans les officines. Certains ne prévoient pas que cette acceptation cadre directement avec la volonté apparente des autorités de lutter en terrain plus doux avec le MRC, qui a toujours su braver le terrain accidenté de la compétition politique.

Il s’agit cette fois de dérouler le tapis rouge sous les pas de Maurice Kamto pour l’accueillir et non, comme d’habitude, dans une ambiance fébrile, électrisante et bourrée de gaz lacrymogènes qui polluent l’atmosphère, pour changer l’approche de la lutte contre cette faire la fête. Surtout, expliquent les tenants de cette théorie du sommeil, les militants ne doivent pas entrer en scène dans une attitude de défi et de lutte, déterminés à se battre pour protéger leurs droits. Personne n’oublie les marches du 22 septembre 2020 avec la centaine de prisonniers encore incarcérés. Le gouvernement relâche-t-il sa vigilance ? Non, crions-nous rapidement, prétendant qu’il fait semblant de dormir pour mieux frapper à l’improviste.

A côté de cette vision des choses, d’autres pensent qu’il s’agit plutôt du pouvoir de recréer le raz de marée qui a endommagé Maurice Kamto dans la commune de Bafoussam en novembre 2019 alors qu’il se rendait à Gouache. Il s’agit, selon les tenants de cette affirmation, de tester une fois pour toutes le poids réel du leader de la mobilisation de ce parti en Occident et de le montrer aux yeux du monde. Personne n’a oublié l’humiliation écrasante qu’il a infligée à Joseph Dion Ngute et à certains membres du gouvernement en s’offrant un tour monstre à son arrivée sur la place des fêtes de Bafoussam le jour du deuil national après la sinistre gouache.

Après les péripéties résultant du renouvellement des organes de base du parti dans la région, on peut imaginer une perte de vitesse avec des désaccords ouverts constatés dans les rangs du Parti de la renaissance. Gageons donc que la mobilisation sera réduite à sa plus simple expression lorsque ces personnes auront la possibilité de rencontrer publiquement leur chef pour installer le bureau à la sortie des élections.

Mobilisation sans précédent Par ailleurs, on entend également que les autorités, en acceptant que le MRC se rassemble à l’Esplanade de l’Eglise Evangélique du Cameroun (EEC), la Chapelle de Ndiengdam, après l’approbation du Conseil des Sages de ladite paroisse, se réfèrent à l’excentricité ou à la relative petitesse des lieux pour accueillir le moins de monde possible. C’est une bonne guerre ! Pendant ce temps, les partisans en ligne du MRC battent le rappel des troupes pour une mobilisation sans précédent. Il faut cependant noter que cette manifestation, qui devait auparavant avoir lieu au siège du parti à Bafoussam, a été interdite en raison de la menace d’une réelle perturbation de la voie publique.

ref: 237actu

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:

Laisser un commentaire