Cameroun- Loi de finances 2023 : Ces augmentations fiscales à venir

0

Au cours de l’exercice 2023, selon le projet de loi de finances 2023, le prix du timbre fiscal au Cameroun pourrait connaître une augmentation de 1000 à 1500 FCFA, soit 500 FCFA.

En effet, ce document stipule que le prix du papier timbré et droit de timbre pour du papier format A4 ou la moitié d’un papier format A4 est fixé à 1500 FCFA. Cette augmentation s’inscrit dans le cadre de l’élargissement de l’assiette fiscale pour sauver le Trésor. Précisons que ce cachet est exigé pour la certification de certains documents administratifs (diplômes, actes d’état civil, documents exigés par les représentants d’entreprises, etc.) demandés lors des procédures officielles de sélection et des examens ou pour obtenir certains services publics.
En 2005 le prix du timbre fiscal ordinaire avait déjà augmenté de 500 FCFA passant de 500 à 1000 FCFA. Et depuis 2020, ce timbre a subi de nouvelles mutations. Par exemple, l’Etat a décidé de dématérialiser le tamponnage des actes et documents, qui se fait désormais exclusivement avec des machines à tamponner, sur l’ensemble du territoire national.
Par conséquent, les chiffres fiscaux ou les timbres mobiles ne sont plus proposés à la vente par le ministère des Finances (Minfi). Cette réforme visait à sécuriser les recettes fiscales. Elle participe également aux actions visant à faciliter et à moderniser les modes de perception des impôts et taxes.
Tarifs des téléphones portables : Nouveau système de collecte proposé après l’échec de 2020

taxes douanières

Selon un projet de loi de finances 2023 consulté par Invest in Cameroon, un nouveau système de perception des droits et taxes sur les téléphones portables, les tablettes et les appareils numériques doit être mis en place l’année prochaine. Selon ce document, il ne s’agit plus de le faire via une plateforme numérique et à partir du crédit de communication des abonnés des opérateurs mobiles. Il faut dire que cette approche adoptée dans la loi de finances de 2019 a été fortement contestée, obligeant le président de la République à suspendre son application. Paul Biya avait également appelé le gouvernement à « soumettre à sa lourde sanction un mécanisme plus proportionné de collecte de ces tarifs et autres taxes ».

Le nouveau mécanisme proposé par le gouvernement repose sur l’obligation pour les compagnies locales de téléphonie mobile de « configurer leurs systèmes afin d’éviter toute connexion au réseau à partir d’appareils de communication non répertoriés par les douanes, à l’exception de ceux utilisés temporairement par les touristes et les visiteurs ». tirer les leçons du projet de loi de financement 2023. On ne sait pas à ce jour comment cela va se passer, des textes d’application précisant certaines modalités sont attendus.

50% de réduction de la valeur fiscale
Or, on sait que les opérateurs mobiles doivent notamment travailler avec une base de données de téléphones dédouanés que la douane ou son mandataire doit mettre à leur disposition. Afin d’enregistrer leurs téléphones dans la base de données douanière, les importateurs de téléphones portables, de tablettes et d’appareils numériques doivent les enregistrer au poste frontière et payer les droits et taxes applicables en utilisant tout moyen de paiement agréé.
À titre d’incitation, le gouvernement offre une réduction de 50 % de la valeur fiscale des téléphones portables, des tablettes et des appareils numériques.
De plus, « les téléphones, tablettes et appareils numériques qui étaient déjà connectés à un réseau téléphonique local avant la date effective de lancement du nouvel appareil sont considérés comme dédouanés et bénéficieront de l’amnistie fiscale », lit-on dans un document.

La collecte des droits et taxes sur les téléphones portables au Cameroun est un défi. « Aujourd’hui moins de 100 millions de FCFA sont collectés par mois sur les quelque 2 milliards collectés dans les années 2000.
Cette baisse contraste avec l’augmentation du nombre et de la qualité des téléphones importés dans un contexte de sécurité sensible », a déclaré la Direction générale des douanes en 2020. Alors que les revenus ont chuté de plus de 97 % au cours des deux dernières décennies, cette administration publique estime que près de 4 millions de téléphones sont importés au Cameroun chaque année.

Rf: camerounweb

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire