Cameroun : Voici la liste des entreprises fondées par Ahidjo mais fermées ou vendues en 40 ans au pouvoir par Paul Biya

0

Au début de ses quatre décennies au pouvoir, les résultats du chef de l’Etat sont considérés par ses détracteurs comme désastreux.
Le 6 novembre 2022 marque le 40e anniversaire de mandat de Paul Biya. Le premier ministre du premier président du pays, Ahmadou Ahidjo, Paul Biya, lui succède constitutionnellement deux jours après sa démission. Mais après quatre décennies au pouvoir, son bilan économique est considéré comme désastreux par ses détracteurs, qui dressent une liste d’entreprises vendues ou fermées pour un franc symbolique.
De l’agro-industrie au transport, des communications à l’agriculture, ces entreprises interviennent dans divers domaines. Voici une liste non exhaustive des entreprises qui ont été vendues ou fermées. SOCAPALM a été cédée au groupe Socfin et Bolloré. Ses repreneurs ont fait de cette structure une trace de l’esclavage moderne, dénoncé par les médias nationaux et internationaux. Hevea-Cameroun (HEVECAM) a également été vendue à la Socfin.
La Société d’expansion et de modernisation de la riziculture de Yagoua (SEMRY), plusieurs fois sauvée de la faillite, vit désormais au compte-gouttes du budget de l’Etat. Vente de la Société sucrière du Cameroun (SOSUCAM) aux Français. La Société camerounaise de développement du blé (SODEBLE) a été détruite et fermée. La Société des Tanneries et Peaux du Cameroun (STPC) a fermé ses portes.

La Société camerounaise des engrais (SOCAME) a ​​fermé ainsi que les Ateliers graphiques du Cameroun (AGRACAM). Il en est de même de la Cameroon Airlines (CAMAIR), de la Cameroon Shipping Lines (CAMSHIP), de la Cameroon Sugar Company (CAMSUCO), du Centre National d’Appui aux Petites et Moyennes Entreprises (CAPME). Cellulose du Cameroun (CELLUCAM), (CEP) Caisse d’Epargne Postale (CEP), Direction Générale des Grands Travaux (DGTC).
De même, on prend aussi la faillite de la Mission de Développement des Cultures Vivrières (MIDEVIV), de l’Office National de Commercialisation des Produits de Base (ONCPB), de l’Office National de Participation au Développement (ONPD), de l’Office National des Chemins de fer du Cameroun (REGIFERCAM), Société Camerounaise des Sacheries (SACHERIE), Société Camerounaise d’Edition (SCP), Société d’Etudes pour le Développement de l’Afrique (SEDA).
Mais aussi la Société Nationale des Eaux du Cameroun (SNEC), la Société Camerounaise des Droits d’Auteur (SOCADRA), la Société d’Aménagement du Riz dans la Plaine du M’Bo (SODERIM), la SONAPOST, la Société Nationale des Postes et des Transports du Cameroun (SOTUC), la Caisse Nationale de Développement du Cinéma (FODIC), Fonds National de Développement Rural (FONADER), Fonds de Garantie des Petites Entreprises (FOGAPE), Banque Camerounaise de Développement (BCD), Crédit Agricole du Cameroun (CAC), Fonds de Développement et de Financement des Activités des Petites et Moyennes Entreprises (FONDECAM – PME).
En plus de ce bilan, plusieurs crises socio-politiques et politico-sécuritaires ont eu lieu ces dix dernières années. En particulier, la crise politico-militaire dans les deux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, qui a déjà fait des milliers de morts et plus d’un million de déplacés.

Rf:camerounweb

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire