CONFIDENTIEL: Voici comment Ahmad Ahmad a voulu placer Samuel Eto’o comme son successeur à la CAF

0
225

Donc pour Ahmad Ahmad, c’était un secret de polichinelle. Le désormais ex-président de la Confédération africaine de football (CAF) savait que ses heures étaient à la tête de l’instance dirigeante du football africain. Conscient de ce fait, créé par la plus haute organisation de football du monde, il a passé plusieurs mois à tenter de déjouer les plans du patron de la FIFA, Giovanni Infantino, qui tentait de trouver un successeur.

Selon Jeune Afrique, Ahmad Ahmad avait déjà été informé en octobre que le rapport interne de la FIFA ne lui était pas favorable. Il savait alors qu’il ne pourrait pas être réélu en mars 2021, car Gianni Infantino cherchait déjà un successeur. Les deux sont en difficulté depuis l’arrestation d’Ahmad Ahmad en juin 2019 lors d’un congrès de la FIFA en marge de la Coupe du monde féminine.

C’est d’abord la sénégalaise Fatma Samoura, cadre de la FIFA, qui a proposé Infantino au Caire en août 2019 afin de faire avancer le processus de restructuration de la CAF. Cependant, le mandat de ce dernier a été coupé au bout de six mois en raison de la détérioration des relations entre Infantino et Ahmad.

Samoura, qui manquait de soutien dans le monde du football, n’aurait pas reçu le président sénégalais Macky Sall, qui soutient de toute façon son compatriote Augustin Senghor. Infantino s’est ensuite tourné vers le milliardaire sud-africain Patrice Motsepe, qui a immédiatement rejoint la campagne, et poursuit le magazine panafricain.

Dans les coulisses, Ahmad Ahmad a donc activé ses réseaux pour protéger son dos ou même pour tenter de sauver sa tête. Il avait les fonds, quarante associations nationales africaines ont renouvelé leur soutien pour sa réélection en septembre 2020.

Cependant, sachant que le comité d’éthique indépendant de la FIFA portait l’épée de Damoclès sur la tête, il a suggéré que l’ancienne star du football Samuel Eto’o, qui est également son conseiller spécial, se lève pour être candidat à son successeur.

Pas avec la bénédiction de Paul Biya

Pour donner un sens à sa manœuvre, le Malgache a invoqué «l’urgence» de retirer la CAF du gardien, même de l’emprise «néocoloniale» de la FIFA. Bien qu’il ne se sente pas prêt à relever le défi, l’ex-capitaine des Lions indomptables a informé le président camerounais Paul Biya. Ce dernier s’est opposé à lui avec la fin de l’irrecevabilité.

Le Cameroun, qui avait déjà subi la fin inélégante du règne d’Issa Hayatou, n’a probablement pas voulu se retrouver au centre d’une polémique continentale. A l’heure où Yaoundé veut se concentrer sur l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations (CHAN) en janvier prochain et une CAN reportée en raison de retards dans la livraison des projets d’infrastructure, Jeune Afrique a fermé.

REF:www.camerounweb.com/

QU’EN PENSEZ-VOUS?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]