Dernière minute : le sous-préfet de Yaoundé 1er interdit la marche du MRC

0

• La marche républicaine du MRC interdite par le sous-préfet de Yapundé 1er

• Il appelle les troubles à l’ordre public et la propagation du Covid19 à mettre fin à cette manifestation du MRC

• Il a fait appel à la gendarmerie de Bastos et Nlongkak pour faire exécuter sa décision

La grande manifestation du parti de Maurice Kamto, prévue le 25 juillet à Yaoundé, n’aura pas lieu. Il s’agit de la dernière décision du sous-préfet de l’arrondissement de Yaoundé 1er pour annoncer la marche républicaine qui, selon les initiateurs, « favorise le vivre ensemble, la paix dans le nord-ouest et dans le sud-ouest, la solidarité avec la population ». de l’Extrême-Nord, victimes de Boko Haram, pour l’intégration nationale et contre le tribalisme, en faveur de la démocratie, du respect des droits civils et politiques de tous les Camerounais et de la libération de tous les prisonniers politiques au Cameroun ».

Les motifs avancés par le sous-préfet pour justifier sa décision sont d’abord le risque de trouble grave à l’ordre public puis le risque de propagation du Covid-19.

Nyanji Mgbatou Harouna a fait appel aux commissaires à la sécurité publique, au commissaire spécial de Yaoundé 1, au commandant de la brigade de gendarmerie de Nlongkak et au chef de la gendarmerie de Bastos pour assurer l’exécution de sa décision.

La demande de manifestation, prévue le dimanche 25 juillet, a été déposée le 16 juillet dans la sous-préfecture de Yaoundé 1 par Roger Justin Noah. L’événement était programmé de 10h à 18h selon les itinéraires suivants : Mahima Warda-Collège de la retraite-Autour-Point Nlongkak. Les organisateurs s’engagent à maintenir l’ordre public.

Les manifestations du mouvement de la Renaissance camerounaise ne sont pas toujours vues d’un bon œil ; ils sont systématiquement interdits par le pouvoir de Yaoundé. Le dernier en date est le 22 septembre 2020. Lors de cette manifestation, de nombreux responsables du parti ont été arrêtés avant la marche. C’est le cas de Bibou Nissack, porte-parole de Maurice Kamto et d’Alain Fogue, trésorier national de ce parti d’opposition. Ils sont toujours détenus avec de nombreux autres militants arrêtés le 22 septembre.

« />

#Dernière #minute #souspréfet #Yaoundé #1er #interdit #marche #MRC

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: