Enlèvement de Kamto : voici la version officielle du MRC

0

• Maurice Kamto est à Douala

• Le président de la MRC a été kidnappé

• La MRC demande des explications au pouvoir

La résidence du président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun est perturbée depuis hier par le débarquement à son hôtel de plusieurs convois de l’ordre et des forces de sécurité. Cette forte présence militaire empêche Maurice Kamto de faire ses affaires librement. Le parti demande aux autorités camerounaises de les informer clairement si leur président n’est pas autorisé à se rendre au Cameroun.

« Si Maurice Kamto n’est plus un citoyen camerounais qui peut circuler librement dans son propre pays, si sa liberté d’expression est révoquée et s’il est persona non grata à Douala, le régime doit avoir le courage de le dire », a-t-il déclaré. de l’informer et d’assumer ses actes et leurs conséquences », lit-on dans le communiqué signé par le secrétaire général du parti, M. NDONG Christopher NVEH.

« Le MRC condamne fermement cette nouvelle escalade de violence contre son président, ces intimidations permanentes et ces violations flagrantes de ses droits garantis par notre Constitution et les instruments juridiques internationaux ratifiés par le Cameroun », poursuit la note.

La rédaction de CameroonWeb vous propose le communiqué de presse complet de MRC

A propos de l’interdiction de la cérémonie d’inauguration des livres de l’auteur Maurice Kamto et de l’enlèvement du président national du MRC dans un hôtel de Douala

Hier, mardi 30 novembre, le président national du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun s’est rendu à Douala pour apporter du réconfort aux militants et sympathisants arbitrairement arrêtés et détenus illégalement à la prison centrale de New Bell à Douala. La visite s’est bien déroulée. Après avoir communiqué avec eux, il s’est rendu au siège régional du parti à New Deido pour rencontrer des responsables du parti dans le Littoral. Après avoir été informés de son arrivée, de nombreuses personnes se sont spontanément rendues sur place pour lui remonter le moral et lui témoigner leur soutien et leur affection.

S’adressant brièvement à eux, le président leur a rappelé que l’option fondamentale du MRC est le changement dans la paix et par les urnes, et a rappelé au régime que cette option ne doit pas être considérée comme une faiblesse. Ce choix a été fait et sera maintenu car il est et demeure la meilleure option pour la MRC. Il a également dit que si nous ne cherchons pas le combat, nous ne fuirons pas le combat, et qu’il espère que les militants et sympathisants qui sont arbitrairement détenus pendant plus de quatorze mois avant la fin de l’année seront libérés. et passer la fête de fin d’année en famille, pour ne pas nuire à l’image de notre pays. Le président Kamto a ensuite demandé aux personnes présentes, comme il le fait habituellement, de rentrer chez eux en paix. La réunion avec les responsables du parti étant terminée, il est parti pour son hôtel sans incident.

Le président élu avait déjà annoncé depuis plusieurs jours une cérémonie de dédicace de certaines de ses œuvres à partir de 16 heures aujourd’hui à Douala, comme elle a eu lieu récemment à Yaoundé. Mais tôt ce matin, gendarmes et policiers ont bloqué l’accès à l’hôtel où il séjournait. Dans le même temps, ils ont fait une descente dans le restaurant La Chaumière, à Bonapriso, où devait avoir lieu la cérémonie d’inauguration, et ont bloqué toutes les voies d’accès à ce restaurant depuis 4 heures du matin. On peut voir ces forces répressives à divers carrefours de Douala, comme si cette ville était en état de siège. L’incarcération du président Maurice Kamto dans un hôtel de Douala, sans motif ni préavis, rappelle ce qui s’est passé l’an dernier à son domicile de Yaoundé.

Cependant, la cérémonie de dédicace n’avait rien à voir avec l’activité politique et concernait des livres en libre circulation au Cameroun et à l’étranger. Une telle cérémonie est un moment de communion entre un auteur et ses lecteurs. Si Maurice Kamto n’est plus un citoyen camerounais qui peut circuler librement dans son propre pays, si sa liberté d’expression est révoquée et s’il est persona non grata à Douala, alors le régime doit avoir le courage de le dire, d’informer et d’assumer sa actions et leurs conséquences. Le MRC condamne fermement cette nouvelle escalade de violence contre son président, ces intimidations permanentes et ces violations flagrantes de ses droits garantis par notre Constitution et les instruments juridiques internationaux ratifiés par le Cameroun.

Le MRC s’offusque d’une telle cruauté, dont le but affiché est d’empêcher par tous les moyens de mener ses activités de parti politique de manière pacifique. Il tiendra le gouvernement responsable de tout ce qui arrive à son président national, ainsi que de toutes les conséquences imprévues qui en résultent.
Fait à Yaoundé, le 1er décembre 2021

#Enlèvement #Kamto #voici #version #officielle #MRC

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: