Etoudi : le Général IVO et le Contre-amiral Joseph Fouda au centre d’une énorme affaire d’otages, voici pourquoi!

0

C’est plus ou moins un jeu de mots pour illustrer l’incroyable inconvénient de ce qui se passe au Palais présidentiel. Dans un précédent article de Cameroonweb, citant son collègue La Nouvelle, il a souligné une prise d’otages à Etoudi pour indiquer que quelques privilégiés contrôlent Etoudi.

Parmi ceux-ci, les noms du général Ivo Desancio Yenwo et d’autres contre-amiral Joseph Fouda ressortent et sont annoncés par le confrère. En effet, les rapports produits par le CONSUPE dans le cadre de l’enquête sur la ligne budgétaire 94 du MINEPAT incriminent certains grands noms du Palais comme le directeur de cabinet civil Samuel Mvondo Ayolo, qui se mouillerait du scandale.

Les rapports sur la ligne 65 ne sont pas encore terminés et les enquêtes ne sont pas encore terminées pour une bonne raison.

Lorsque Paul Biya a appris l’implication de son « nouveau » protégé, il aurait eu de vives disputes avec le directeur du cabinet civil, Samuel Mvondo Ayolo, sous les oreilles et les yeux du général Ivo Descancio Yenwo et du contre-amiral Joseph Fouda.

Citant ce dernier, M. La Nouvelle pointe une éventuelle tolérance entre eux. Car si le directeur du cabinet civil Samuel Mvondo Ayolo est sous le feu des projecteurs dans cette affaire, c’est au vu et au su de ces deux hommes cités plus haut, avec qui le DCC aurait conclu des marchés secrets.

« Samuel Mvondo Ayolo fait effectivement partie de la clique qui a pris le contrôle de la ligne 94 », commente un analyste bien au courant des secrets du palais Etoudí. Pour cet analyste loquace, la ruse commode des faussaires à l’origine de cette razzia centenaire au MINEPAT aura d’abord été de se lier d’amitié avec tous les hauts fonctionnaires du Palais de l’Unité, dont l’excellence morale n’a jamais été tenue pour acquise. En se liant ainsi d’amitié avec ces hauts dignitaires du palais, lesdits faussaires savent d’emblée que les palais présidentiels en général sont des cités interdites dans l’imaginaire collectif, des milieux clos et opaques, des pinacles de puissance exorbitante et de puissance fantasmée. Qui pourrait oser que ces faussaires fouinent dans les sombres affaires de Samuel Mvondo Ayolo, du général Ivo Desancio Yenwo et autre contre-amiral Joseph Fouda ?

Et donc les voyous ambitieux, assoiffés d’argent facile et de pouvoir, consciemment dans l’ombre de ces dinosaures et de tous ces clichés, objets de peurs diverses, avec toute l’audace d’un sorcier débrouillard, ont décidé d’aller perpétrer leurs armes en ligne 94 par le MINEPAT, évalué aujourd’hui à des centaines de milliards de francs CFA de poids mort dans les caisses de l’Etat. Inimaginable et pourtant vrai. Ce n’est pas le président Paul Biya, qui aurait le dossier explosif sur la table après les enquêtes conjointes de la DGRE et de la DGSN, qui nous démentirait. écrit le collègue.

Rf: camerounweb

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire