Françoise Puene : Voici comment je suis quitté de la vendeuse de beignets à milliardaire

0
513

A la tête du Groupe Hôtelier Franco, Françoise Bueni est une milliardaire camerounaise qui a fait fortune principalement dans l’immobilier et l’hôtellerie. Elle n’est pas née avec une cuillère en or dans la bouche, et elle a dû se battre pour ce statut après avoir été mariée de force à l’âge de 15 ans au roi de son village. Elle était concessionnaire IDE (infirmière diplômée d’État), avant de créer une entreprise de construction au début des années 1990. Aujourd’hui grâce à l’immobilier et autres investissements, vous êtes à la tête d’un véritable empire.

Enfance et début

Françoise Bueni est née à Bafang dans une famille polygame. Son père est polygame et a deux femmes, et Françoise a grandi dans une famille de 15 enfants. Elle a obtenu un certificat CEPE de la Mission catholique de Panca dans les années 1980, puis a rejoint sa grand-mère, est allée au CES et s’est retrouvée mariée à l’âge de 15 ans. Elle devait être la femme du chef des Panca – un chef pamela d’Ut-Nkam – pendant cinq ans. La chefferie Panca – rejetée par la désobéissance – sera laissée avec deux enfants. Puis elle a travaillé comme infirmière à l’hôpital Ad Lucem de Banca.

Cheminement de carrière Cheminement de carrière

L’infirmière Françoise Bueni a remporté un concours breveté d’infirmière de Bafoussam en 1986. Elle a ensuite été nommée à l’hôpital Add Lucim de Banca.

Elle travaille à temps partiel à l’hôpital et accepte que son amie laisse les vêtements qu’elle a achetés à Cotonou. Françoise continue de vendre ces tissus à son réseau de contacts là-bas. Elle vend des tartes aux haricots et se rend finalement à Cotonou pour acheter des vêtements qu’elle revend à Lagos et Limbé. Elle a finalement quitté Bafang et a ouvert le plus grand pub de Bafoussam. Puis j’ai déménagé à Yaoundé pour participer aux marchés publics. Elle a été emprisonnée [pourquoi?] Et a passé 13 mois à la prison centrale de Douala, une expérience qui l’a amenée à créer une association d’aide aux détenus.

Entrepreneur en hôtellerie et construction.

De Bayam-Sellam (un commerçant), elle devient gérante de plusieurs entreprises, dont l’Hôtel Franco. Le milliardaire Joseph Kadji DeVoso appelle (son mentor) à terminer les travaux sur un bâtiment en construction à Yaoundé.

Mode de vie

Ses cheveux sont longs, fins et bouclés, et elle a un style vestimentaire – souvent une veste, une chemise et une cravate foncée – qui la distingue et lui vaut le surnom de Mami Nyanga (Lady Magnaj). Elle utilise sa mauvaise réputation pour motiver et former de jeunes femmes entrepreneurs au Cameroun et en Afrique.

« La plus grande gloire est de ne jamais tomber. Il se réveille chaque fois que vous tombez. » Confucius

ref: camerounweb

QU’EN PENSEZ-VOUS?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]