Humiliation : Voici la première belle leçon reçue par Paul Biya en 2023

0

Arlette Framboise Doumbe Ding propose une lecture comparée des discours de fin d’année du président camerounais Paul Biya et du président ivoirien Alassane Ouattara.

Ne vous limitez jamais à ne voir que ce que nous voulons vous montrer.
Savoir ce qui se passe ailleurs dans le monde permet de mieux comprendre ce qui se passe chez soi.

J’ai écouté avec beaucoup d’intérêt les discours de plusieurs dirigeants mondiaux lors des fêtes de fin d’année 2022. J’ai été particulièrement frappé par le volet économique des discours des présidents ivoirien Alassane Ouattara et camerounais Paul Biya hein ?
A noter que dans leurs allocutions, les deux chefs d’Etat ivoirien et camerounais ont respectivement évoqué la situation économique internationale liée à la crise du COVID et la guerre en Ukraine pour expliquer une série de difficultés économiques.
Sauf que le président camerounais a semblé s’en tenir aux justifications, se réfugiant derrière la situation internationale liée à la guerre en Ukraine et à la crise du COVID, comme s’il voulait assumer la responsabilité de la vie chère et de la situation économique difficile de son peuple. . Au cours de cette allocution, nous avons appris que le taux de croissance de l’économie camerounaise est de 3,8%. Discours dans lequel Paul Biya a présenté de vagues projets sans préciser la durée de leur réalisation. En outre, il a omis de présenter des mesures concrètes et pratiques visant à soulager les Camerounais des souffrances liées à la vie chère. Pire encore, on nous dit que le kWh d’électricité passera de 50 FRS à 95 FRS entre 23h et 18h et montera à 125 FRS le kWh entre 18h et 23h. Tout cela montre que la situation du coût de la vie au Cameroun sera encore plus dramatique que nous ne l’imaginions. Cela reflète aussi l’incapacité de Paul Biya à alléger les souffrances de ses compatriotes. C’est peut-être pour cela qu’il a trouvé refuge dans les justifications invoquant la guerre en Ukraine et la situation économique internationale que la guerre entraîne.
Pendant ce temps, en Côte d’Ivoire, qu’a dit le président Ouattara dans son discours de fin d’année ?

Malgré la situation économique liée à la guerre en Ukraine, le président Alassane Ouattara s’est montré particulièrement fier de la santé de l’économie ivoirienne dans son discours de fin d’année : « Les perspectives économiques de notre pays restent bonnes. Avec un taux de croissance économique prévu de 7% en moyenne entre 2023 et 2025>>. Il a commencé pendant ce discours.
Et en conséquence de cette bonne santé de l’économie ivoirienne, dans le même discours, Alassane Ouattara a annoncé l’augmentation du SMIG, qui passera de 60 000 francs à 75 000 francs CFA à partir de ce mois de janvier 2023 en Côte d’Ivoire. Au moment où j’écris ceci, cette augmentation a déjà pris effet.
Rappelons que le SMIG au Cameroun est de 36 000 francs CFA et que le taux de croissance de l’économie camerounaise est de 3,8% contre 6 ou 7% en Côte d’Ivoire.

Tout ce qui est écrit dessus c’est pour dire quoi ?
Dire que vous ne pouvez pas passer 40 ans à la tête d’un pays en utilisant le climat économique international pour justifier votre incapacité à servir votre peuple. Les difficultés sont là pour être surmontées, sinon quelle valeur aurait-on si on ne réussissait que lorsque la situation était favorable ?
La situation internationale qui affecte l’économie du Cameroun est la même qui affecte l’économie de la Côte d’Ivoire, du Maroc ou du Rwanda. Quelle est la différence entre ces pays et le Cameroun ? La différence réside dans la vision et les compétences requises pour transformer la vision en réalité au profit du peuple. Ces pays sont dirigés par des hommes qui ont la vision, la compétence et des travailleurs acharnés.
Si vous passez votre temps à attiser le tribalisme au Cameroun, les autres travaillent ailleurs ! Quand vous prélevez 36 milliards de la Ligne 94 pour financer une chaîne de télévision haineuse et inutilement clivante, les autres travaillent ! Ils fédèrent l’intelligentsia pour trouver des solutions à leurs problèmes économiques !
Au Cameroun, toutes les voix dissidentes proposant des solutions alternatives sont aveuglément et brutalement réprimées. Sauf qu’au moment du bilan, l’oppresseur cherche toujours des justifications ou des excuses pour expliquer son échec. C’est la chose pathétique.

Franklin Delano Roosevelt a dit : <>
Le problème est justement que le Cameroun est dirigé par des perdants qui ont passé 40 ans à essayer de trouver des excuses à leurs échecs. Et donc dans ce pays il devient nécessaire de s’organiser pour dire non à la passation dynastique du pouvoir. Le Cameroun a besoin de gens au sommet qui cherchent les moyens de gagner les grandes batailles économiques, et plus de gens qui cherchent toujours des excuses à leurs échecs. Paul Biya a perdu toutes les grandes batailles économiques au cours de ses 40 ans de règne. C’est pourquoi le SMIG au Cameroun est à un niveau aussi misérable et les salaires des fonctionnaires n’ont pas augmenté de manière significative depuis des décennies.

Il faut oser changer le système au Cameroun. Il n’y a pas d’autres solutions pour sauver ce pays de sa descente aux enfers en toute sécurité.
En terminant, je voudrais assurer mes lecteurs que je ne soutiens pas le président Alassane Ouattara, qui pour moi est, après tout, un dictateur. Donc je ne le soutiendrai jamais à cause de ça. Mais contrairement à d’autres dictateurs, Alassane Ouattara est un vrai travailleur acharné qui a fait preuve de compétence dans la gestion de l’économie ivoirienne. Il a inauguré 260 km d’autoroutes déjà opérationnelles dans un pays qu’il dirige depuis 11 ans. Combien de kilomètres d’autoroutes sont déjà en service dans le pays que Paul Biya dirige depuis 40 ans ?
AFDD

Rf:camerounweb

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire