Les « Cars » à Clando : « Il roule toujours le chariot »

0

Les véhicules administratifs ne sont pas toujours utilisés pour répondre aux exigences de service. Cependant, cela est encadré par les textes.

En outre, selon la circulaire du Premier ministre du 17 mars 2004 relative à la réorganisation du parc automobile de l’Etat, les normes d’acquisition fixées à 13 ch maximum, la compétence administrative des véhicules acquis par l’Etat, ces véhicules doivent de petites et moyen. Les normes d’immatriculation exigent que les véhicules administratifs reçoivent leur première immatriculation au garage administratif de Yaoundé.

Leur admission à l’état civil spécial est soumise à l’accord préalable dudit Garage. En outre, l’immatriculation temporaire (It… Rc) n’est valable que pour les véhicules achetés dans le cadre de projets gouvernementaux, réalisés sur la base de financements extérieurs et pour la durée de la mise en œuvre de ces projets.

Cette immatriculation est transformée en immatriculation administrative à la fin du projet, lorsque ces véhicules sont transférés au garage administratif central. Les normes d’identification exigent que les deux portes avant des véhicules administratifs portent un cachet indiquant le service commercial et le service utilisateur.

Les normes d’attribution stipulent que les structures de service central n’utiliseront que des véhicules de type berline avec des pouvoirs administratifs de 7 à 11 chevaux, selon le niveau hiérarchique de chaque structure, à l’exception des véhicules 4×4 qui sont attribués aux bureaux membres du gouvernement et de même, alors que les structures des services extérieurs n’utilisent que des véhicules 4×4, avec une puissance administrative allant de 7 à 10 ch, également selon le niveau hiérarchique des structures concernées.

Les normes d’exploitation précisent que les véhicules de l’État ne sont utilisés que dans l’intérêt du service public. Mais ne se souvient-on pas des sorties musclées à l’époque du ministre Paschal Anorig Abidime, à qui on n’avait pas demandé de convoquer les bandits en pleine rue avec la mante religieuse ?

A ce titre, aucun fonctionnaire ou représentant de l’Etat ne peut en disposer à titre personnel, temporairement ou définitivement. Cependant, l’utilisation de véhicules administratifs à des fins personnelles dans notre. les services gouvernementaux se sont développés au point où ils ont tendance à s’installer.

Article 2
La décision désignant ces responsables dans nos administrations garantit toujours que les intéressés ont droit aux prestations de toute nature prévues par la réglementation applicable.

C’est le fameux article 2 que les fonctionnaires ont du temps libre pour user et abuser. Cependant, il est à noter que l’achat et l’entretien des véhicules ne s’effectuent pas toujours dans les meilleures conditions économiques ; le suivi des allocations individuelles de véhicules est insuffisant, ce qui contribue à la croissance du parc et à la sous-utilisation des véhicules administratifs.

De même, croiser un véhicule immatriculé « Ca » de jour comme de nuit avec de la nourriture ou du bois de chauffage est devenu anodin. Le phénomène est plus perceptible en début de soirée ou le week-end.

Pratiquement aucun véhicule administratif n’y échappe. Des camionnettes à double cabine pleines de vivres, de bois de chauffage, de sacs de ciment, de briques, de planches, de lattes ou de fers à béton destinés aux travaux du chantier X ou Y se disputent l’adresse sur la chaussée.

A la tombée de la nuit, les mêmes véhicules qui ont eu quelques jets d’eau prennent des directions différentes pour des trajets nocturnes, souvent au coin de la belle nuit, tous flamboyants et scintillants. Selon l’article 1er du décret du 10 juillet 1987, « Modifiant le décret du 1er août 1974 réglementant les véhicules administratifs, les véhicules de l’Etat ne peuvent être utilisés que dans l’intérêt du service public »

Et d’ajouter : « Ainsi, aucun fonctionnaire ou agent de l’Etat, à titre personnel ou permanent, ne peut disposer d’un véhicule administratif, sous peine de sanctions disciplinaires ou pécuniaires imposées par la réglementation applicable. »

Aux termes de l’article 7 du présent décret : – « Sans préjudice des dispositions de l’article 8 » telles qu’énoncées ci-dessus, les véhicules administratifs à titre permanent et dans l’intérêt du service peuvent être affectés : aux gouverneurs de province ; secrétaires généraux des provinces; les préfets, sous-préfets et chefs de district ; des forces armées et des forces de l’ordre. Toutefois, le ministre chargé des finances, en concertation avec le chef de département ministériel, peut autoriser l’utilisation par un fonctionnaire ou mandataire de l’État d’un véhicule administratif pour une durée déterminée ».

L’article 8 du décret apporte quelques précisions : « Dans la limite des disponibilités de la flotte, et pendant les heures normales de service ou de tournée, certains départements peuvent être équipés d’un véhicule de service général ou d’une voiture de tourisme. Ces véhicules sont conduits exclusivement par des chauffeurs qui leur sont affectés par décision de l’autorité hiérarchique compétente. .

#Les #Cars #ClandoIl #roule #toujours #chariot

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: