Nécrologie : voici la véritable cause du décès d’Amobé Mevegué

0

• Amobé Mevegué est décédé à l’âge de 52 ans

• Il n’avait pas le Covid-19

• Voici la vraie cause de sa mort

Fans de cultures africaines inconsolables, Amobé Mevegué, l’un des plus grands promoteurs des cultures et arts africains de tous les temps, est décédé à l’âge de 52 ans. Alors que les premières informations faisaient état de la mort du Camerounais des suites du Covid-19, la militante Nathalie Yamb vient de préciser la véritable cause du décès. Amobe Mevegué est mort du paludisme.

« Quand je regardais encore la télévision, il était devenu une figure familière pour moi. Amobe Mevegue avait 52 ans et est décédée aujourd’hui du paludisme. Il est allé rejoindre sa mère, qu’il a enterrée il y a deux semaines », a déclaré la Camerounaise surnommée affectueusement la « Dame de Sotchi ».

Quelques heures après l’annonce de la terrible nouvelle, l’hommage pleuvait des quatre coins de la planète. TV5MONDE salue les mérites de son ancien collaborateur.

« Notre collègue et ami Amobé Mévégué est mort. Il avait présenté le magazine Africanités sur TV5MONDE. Amobe a également été chroniqueur pour 300 millions de critiques. Il a été le fondateur de la chaîne de télévision UBIZNEWS. On se souviendra de son immense culture et de sa bonne humeur », a publié la chaîne francophone.
France 24 est pour sa part associée à la douleur de sa famille. « France Médias Monde a la tristesse d’annoncer la disparition brutale d’Amobé Mévégué à l’âge de 53 ans. Amobe était une figure dans le monde de la culture africaine. Nous compatissons à la douleur de sa famille, de son épouse Coumba, de ses deux enfants et de ses proches », a déclaré le journal.

Au Sénégal, Youssou N’dour parle d’une grande perte : « C’est une triste nouvelle pour le panafricanisme. Amobe, c’était un vrai panafricain qui comprenait les défis de son temps.

Né le 1er octobre 1968 à Yaoundé au Cameroun, Amobé Mévégué était un présentateur, journaliste et producteur camerounais. Il est arrivé en France à l’âge de cinq ans. Diplômé d’un DEUG en communication et d’une licence en études cinématographiques, il poursuit sa formation au Conservatoire Libre du Cinéma Français de Paris (promotion 92/94). Pendant ce temps, il a travaillé pour plusieurs radios africaines et caribéennes (Tabala FM, Tropic FM, Media Tropical). Il réalise également des courts métrages.

Dès le milieu des années 1980, il fait figure de pionnier en rejoignant l’aventure de Tabala FM, première radio africaine implantée en France. C’est là qu’il utilise principalement sa passion du journalisme sur les questions de développement durable. A partir de 1994, il produit  »Plein Sud », toujours la plus ancienne émission quotidienne diffusée à plus de 45 millions d’auditeurs, sur Radio France Internationale.

En 1996, en plus de ses activités à RFI, il coproduit « Africa Musica », le premier palmarès de la musique africaine. Grâce à CFI (Canal France Internationale), ce programme est diffusé sur le réseau des chaînes de télévision nationales d’une trentaine de pays africains. En 1998, il conçoit le premier talk-show quotidien sur la diversité sur MCM Afrique avec Myriam Seurat. Cette même année, alors PDG de MVG, lui et son ami, le célèbre journaliste ivoirien Joseph Andjou, produisent pour Canal + le documentaire « Abidjan on dit quoi » sur le thème de l’humour ivoirien. En 2000, il crée le magazine imprimé « Afrobiz » tiré à 50 000 exemplaires, ainsi que le site associé Afrobiz.com.

A partir de 2002 et pendant quatre saisons sur TV5Monde, pour l’émission Acoustic, il reçoit sur son plateau les plus grands noms de la musique internationale. Depuis 2010, il dirige le magazine culture musicale de la chaîne d’information internationale France 24.

Le journalisme est avant tout une passion pour lui. « Quand je me lève le matin et que je vais au travail, je dis à mon fils, je ne me dis pas ‘Je vais travailler. J’ai dit ‘Je vais rencontrer tel et tel . C’est un vrai privilège. Je n’ai jamais pensé à ce travail comme un travail. J’ai pris cette passion comme une opportunité dans la vie de pouvoir voyager, de rencontrer des gens extraordinaires, parfois de manière anonyme », confie-t-il.

Depuis 2014, Amobé Mévégué anime avec Lise-Laure Etia et Christian Eboulé le mensuel Africanités dédié au continent africain et à tous les Africains qui rayonnent dans le monde. Ce programme aborde les grands thèmes de la société et de la culture dans des débats avec un fil conducteur invité.

Directeur des médias depuis la création du magazine Afrobiz, il dirige aujourd’hui la chaîne de télévision panafricaine Ubiznews, disponible en Afrique sur bouquet satellite et en France sur câble.

Journaliste et producteur Amobé Mévégué est un citoyen africain, c’est avant tout un homme de conviction, qui milite activement pour le développement du continent et la reconnaissance de la communauté noire en France.

Pendant vingt ans, il présente et produit des émissions de radio (par exemple Plein Sud sur RFI) et de télévision sur les réseaux internationaux francophones, il s’implique également dans la presse écrite, la production audiovisuelle et l’événementiel, faisant de lui une référence médiatique reconnue.
Ses nombreux voyages, rencontres et entretiens l’ont conduit sur la voie d’un projet de développement au profit de la jeunesse africaine. Ainsi est né  »Madinas », une vitrine pour l’Afrique, un projet qu’il défend avec une équipe d’initiateurs dont l’idéal est partagé.

Son court métrage « Lola Darling » a remporté un premier prix de réalisation au conservatoire où il a étudié. Il a produit des documentaires pour la télévision, dont un sur Amy Koska, une chanteuse malienne. Il prépare actuellement un long métrage, « Ziom ». Il crée une maison de production, O Mung, avec Jean Essala et Joseph Amdjou.

#Nécrologie #voici #véritable #décès #dAmobé #Mevegué

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.