Sécurité présidentielle : voici pourquoi tous les agents du BIR doivent parler hébreu

0

• Le BIR est l’unité d’élite de l’armée camerounaise

• Elle est chargée de protéger le Chef de l’Etat

• Les officiers de ce corps d’armée sont tous formés en Israël et doivent communiquer en hébreu.

Ce sont des révélations faites dans le livre « Nos chers espions en Afrique » d’Antoine Glaser et Thomas Hofnung. Selon les auteurs de ce livre, Israël maintient le régime de Biya grâce à ses anciens officiers et tous les chefs d’armée doivent parler hébreu.

En effet, le livre « Nos meilleurs espions en Afrique » nous plonge dans les arcanes du système de préservation du pouvoir au Cameroun. On savait déjà que le chef de l’Etat avait confié à Biya sa tutelle personnelle à Israël, en raison de la méfiance à l’égard de l’Elysée. Mais ce qui n’était pas connu, c’est que la langue officielle de communication entre les agents du BIR était l’hébreu et que tout le monde devait parler couramment la langue hébraïque de l’État-nation.

Voici quelques extraits du livre que vous avez choisi

« Sous la supervision d’officiers israéliens, le BIR (Bataillon d’Intervention)
rapide) Le Cameroun était auparavant attaché à la sécurité présidentielle
d’intervenir dans le nord du pays contre le mouvement djihadiste nigérian.
Le patron du BIR est Maher Herez, un ancien général de la Tsahal (l’armée)
israélien), après la disparition en 2010 de son prédécesseur, le colonel
Abraham Avi Sivan, dans son crash d’hélicoptère. Sivan était l’aîné
attaché de défense à l’ambassade d’Israël à Yaoundé. Auparavant, c’était un
un autre colonel du Mossad officiellement à la retraite, Meir Meyouhas, déclare :
Meyer, qui supervisait l’administration de la Garde présidentielle.
Jusqu’en 1988, ce dernier avait servi au Zaïre (aujourd’hui RDC), à l’intérieur des terres
de la garde du maréchal Mobutu ».

« Pour le matériel militaire, tous ces officiers israéliens ou…
travaillé avec Sami Meyuhas, fournisseur agréé par le ministère israélien
de la Défense et qui opère depuis Genève. Pour la Garde présidentielle et le
BIR, les crédits sont les plus illimités pour l’achat d’armes et d’équipements
plus compliqué ».

« Les 6.800 hommes de la Garde Présidentielle, véritables « rambos » suréquipés, pourraient aisément résister aux 40.000 hommes de l’armée camerounaise. Les commandos entraînés par le BIR se reconnaissent à leurs pataugas beiges et surtout à leurs conversations en hébreu, un langue obligatoire si l’on veut gravir la hiérarchie de cette brigade d’élite. Les officiers camerounais doivent apprendre l’hébreu pendant un an et demi. Après tout, Yaoundé n’est qu’à quatre heures de vol de Tel-Aviv.

#Sécurité #présidentielle #voici #pourquoi #tous #les #agents #BIR #doivent #parler #hébreu

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: