SED : un malheur est arrivé au sous-officier Moja Moja
Home Actualité Cameroun Le Sous-Officier Moja Moja : Capturé par le SED
Actualité Cameroun

Le Sous-Officier Moja Moja : Capturé par le SED

Un sous-officier du BIR, Moja Moja, chassé pour rendement insuffisant et comportement amoral. Accusé d'exécutions sommaires et tortures. Capturé et détenu au SED. #SED #malheur #est #arrivé #sousofficier #Moja #Moja

Démission de Moja Moja du BIR: Retour sur les raisons et les conséquences

Dans un message dont nous avons reçu la copie, on a pu lire que les personnels non officiers dont les noms figurent au tableau en annexe, précédemment en service dans vos formations, sont à compter de la date de signature du présent message, reversées à l’état-major de l’armée de terre. Motif : indisponibilité et rendement insuffisant, comportement amoral incompatible avec le service dans une unité d’élite.

L’émetteur de la lettre donnait l’ordre de mettre les intéressés immédiatement en route après les formalités administratives d’usage et les sanctions administratives règlementaires conformes aux fautes commises.

Les motifs de la démission de Moja Moja

Pour le cas de John Ewome Eko, les motifs sont : indisponibilité et rendement insuffisant. Dans la case de circonstances, on a pu lire : « Ce sous-officier par ailleurs chef de village devient de plus en plus indisponible avec comme corollaire la baisse de son rendement. En outre, ses agissements en tant qu’autorité traditionnelle au Sud-Ouest ont tendance à ternir l’image des BIR ».

N’zui Manto avait résumé le contenu de la note en ces mots : « Moja Moja chassé du BIR. Le chef du village Bwassa dans le Sud-Ouest se présentant comme la terreur des ambazoniens a été chassé du BIR pour rendement insuffisant. Moja Moja est impliqué dans d’innombrables cas d’exécutions sommaires, tortures et enlèvements de civils suspectés d’être proches des ambazoniens ».

La version de Moja Moja

Plus tard, dans une vidéo que le principal intéressé a réalisée, il dit qu’on l’a chassé du BIR parce que des colonels lui ont demandé de faire un coup d’État contre Paul Biya mais qu’il a refusé.

Aujourd’hui, on apprend que Moja Moja a été capturé et se trouve depuis la journée du 12 mai 2024 au Secrétariat d’État à la défense (SED) à Yaoundé.

Mot de la rédaction:
La situation de Moja Moja soulève des questions sur l’éthique et la discipline au sein des forces armées. Les allégations d’exécutions sommaires et de tortures sont extrêmement préoccupantes et nécessitent une enquête approfondie. Il est essentiel que les responsables militaires agissent avec intégrité et respectent les droits de l’homme, quelles que soient les circonstances. La transparence et la responsabilité sont des éléments clés pour maintenir la confiance du public dans les institutions militaires.

L’équipe de rédaction de Cameroon Magazine.

Cameroon Magazine: N°1 sur l’actualité. Vous informer c’est notre priorité. Retrouvez toute l’actualité sur cameroonmagazine.com

Mots clés: Moja Moja, BIR, démission, forces armées, Cameroun, enquête, éthique, discipline, droits de l’homme, transparence.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Les bourreaux des Camerounais : les 3 responsables du malheur actuel

Trois hommes responsables des malheurs des Camerounais depuis des décennies. Incendies, génocide,...

« Scandale à Madrid : les Bavarois crient leur frustration après la qualification du Real »

Les Bavarois se plaignent de la qualification du Real Madrid, affirmant que...

Malheur en chemin pour 2 des bandits de Nanga Eboko

Deux des six bandits responsables de la mort d'un enseignant à Nanga...

[quads id=1]