Sérail : Une violente attaque de Paul Biya est annoncée au palais d’Etoudi

0

Alors que le président de la république fait le mort alors que les scandales s’accumulent à l’horizon, des sources proches de l’establishment annoncent des temps difficiles pour les prévaricateurs de la fortune publique. L’attaque du président de la République s’annonce implacable et fatale.

C’est sans doute le scandale du siècle au Cameroun, la gestion des fonds Covid. Mais alors que les choses se sont accélérées lorsque le marasme a été découvert via un résumé d’un rapport d’audit de la Cour des comptes divulgué par malveillance dans l’opinion publique, rien ne semble avoir changé depuis lors. Cependant, les ministres en exercice ont été entendus par les enquêteurs du Corps spécial des officiers du Tribunal pénal spécial (TCS).

Aussi des prestataires de services, avec beaucoup de publicité. Les gens veulent du sang. Il l’aura à coup sûr dans les prochains jours. Retiré dans son village natal, Paul Biya portera un coup terrible à tous les imposteurs de la fortune publique. Il aurait aussi une dent particulière envers ceux qui se sont amusés avec des fonds covid.

Les clients

En effet, dans toutes les langues, c’est l’histoire de la mauvaise gestion du Covid qui pourrait provoquer la grande colère de Paul Biya, qui avait confié l’une des enquêtes au parquet du Tribunal pénal spécial (Tes), compétent en matière de crimes économiques. d’un montant de plus de 50 millions de FCFA.

Les chercheurs ont ainsi interrogé tous les membres du gouvernement dont les ministères avaient été sélectionnés dans la distribution personnelle par le Premier ministre Joseph Dion Ngute. Ces ministres furent, comme d’habitude, entendus pour la plupart dans leurs cabinets.

Yap Abdou, le président de Tes, aurait pris cette précaution pour épargner ces ministres en exercice. Ce n’est que par pure courtoisie que l’on sait que certains de ces ministres ont de bonnes raisons d’avoir peur après n’avoir avancé aucun argument de défense pour le corps d’enquêteurs du Tes dirigé par le redoutable Joël Oko Petis.

Une chose est sûre, les audiences sont closes. C’est à la justice de prendre le relais. Mais cela, vu la taille des accusés, nécessitera sans doute le signal du président de la République pour déclencher les arrestations, qui ne tardent pas à venir, à en croire nos sources bien informées.

L’engagement?
Mais la justice peut-elle aller plus loin en accélérant les arrestations ? Rien n’est sûr. Paul Biya devra d’abord mettre en œuvre un important remaniement ministériel. De plus, face à l’impopularité du gouvernement et à la pression publique pour voir les accusés tomber, le président Paul Biya n’aurait plus beaucoup d’options. Soit il discrédite le gouvernement, soit il remanie le cabinet pour rendre les individus impliqués disponibles pour un procès.

Sections de route

De plus, ce n’est pas le seul dossier qui intéresse les Tes pour le moment, tant les prévaricateurs de l’argent public sont recrutés dans toutes les sphères de la République. On parle par exemple de la gestion controversée de l’Agence de régulation des télécommunications (Art) où l’on parle avec insistance de détournements massifs de fonds publics.

Cette situation dure depuis 2019 et était plus intéressante pour les chercheurs de Tes, qui ont curieusement tardé à remettre le rapport final au chef de l’Etat. Il est également indiqué ici qu’il s’agit d’une lettre d’un Camerounais qui aurait allumé le pistolet en dénonçant les délits financiers et techniques qui auraient fait leur lit avec l’Art. C’est donc une question à suivre lorsque l’on parle de nouvelles charges contre certains fonctionnaires de cette Assemblée.

inattendu

Elle a également défrayé la chronique d’une certaine presse, cette accusation de détournement de fonds publics destinés à la construction des tronçons routiers Mbalmayo-Akono-Ngoumou-Otele et Otele-Eseka. Recrutant lentement les Tes, cette affaire met les réseaux mafieux à fleur de peau.

Compte tenu de l’état de délabrement de ces routes, dont certaines sont même fermées, ces journées pourraient entraîner un réchauffement de ce dossier, qui comprend également des personnes insoupçonnées dans l’appareil d’Etat.

Les plaignants notent également que les actions des dignitaires du gouvernement expliquent que de nombreux projets n’arrivent jamais au bout de leur mise en œuvre, laissant le Cameroun toujours dans cet état de pauvreté dont il peine à sortir. Tandis qu’une minorité s’enrichit grâce à la fortune publique.

La reprise des interpellations ?

La récréation dont la fin est annoncée pourrait également s’intéresser au cas récent du Port Autonome de Douala, où il est bien connu que certaines personnalités ont décidé depuis des siècles d’utiliser les biens et avoirs restants de l’ancien bureau des ports du Cameroun en à confisquer. En décidant d’y voir clair, Paul Biya ne manquera certainement pas de punir les indisciplinés. Au fur et à mesure que le Cameroun s’en va, les prisons doivent rouvrir. Le Point Hebdo s’en chargera.

#Sérail #Une #violente #attaque #Paul #Biya #est #annoncée #palais #dEtoudi

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: