URGENT : La résidence de Paul Motaze et le ministère des Finances sous haute surveillance

0

Les bâtiments de l’arrondissement administratif, en l’absence du maître des lieux, évacué sanitaire à Genève, sont placés sous la protection renforcée des Forces Armées de Défense, de Sécurité et de Renseignement. Également autour de la maison du ministre.

C’était dimanche en début d’après-midi que plusieurs éléments de la gendarmerie, de la sécurité militaire (Semil) et de la police étaient déployés autour des principaux bâtiments du ministère des Finances (Minfi), dans la circonscription administrative de Yaoundé. Bientôt la présence de leurs uniformes, en grand nombre, éveilla la curiosité. L’information a atteint les réseaux sociaux, forçant les hauts responsables de la sécurité à changer leurs méthodes.

Si la gaze est remontée rapidement après plus d’une heure, c’est pour mieux la réorganiser. Le remaniement est réorganisé, cette fois avec des éléments en civil, également armés. Lesquels, équipés d’un dispositif à la pointe de la technologie, ont très discrètement poussé leur mission de surveillance dans les bâtiments, se fondant dans les usagers.

Depuis, les entrées et sorties sont strictement identifiées, également très discrètement. On parle aussi d’agents de renseignement impliqués. Il est clair que les responsables du Minfi (plus sur écoute et contrôlés à distance) minimisent l’importance, suggérant que tout va pour le mieux.

Pourtant, c’est une atmosphère inhabituelle.

Le service de haute sécurité dudit département intervient, rappelle-t-on, alors que le maître des lieux, Louis Paul Motaze, qui souffrait du Covid-19 et dont l’état a été déclaré préoccupant, a été évacué vers la Suisse. dans les premières heures de jeudi dernier. , sur instructions très élevées du président Paul Biya. Et le trésorier du gouvernement ne peut échapper, très discrètement aussi, à la surveillance étroite des éléments envoyés sur place.

Dans le même ordre d’idées, le renforcement des caméras de vidéosurveillance, installées dans la nuit de samedi à dimanche au ministère des Finances, également dans la résidence de l’ancien ministre de l’Économie, de l’Aménagement du territoire et de l’Aménagement du territoire.

Selon des indiscrétions, ce dispositif, qui ne sera pas démantelé de sitôt, sera lié au climat des enquêtes en cours au niveau de l’organe spécialisé des huissiers de justice (Opj) du Tribunal pénal spécial (Tes).

En effet, cette Cour suprême est depuis longtemps sollicitée et l’ouverture d’enquêtes sur des détournements présumés autour du fonds spécial de 180 milliards de francs destiné à la riposte nationale à la pandémie de coronavirus et à ses conséquences économiques et sociales. On sait que le Minfi, où le susdit Opj est déjà passé à plusieurs reprises, contient une partie de l’énigme du « Covidgate », dont les investigations ne sont pas totalement terminées.

A cette fièvre judiciaire, il faut ajouter la rumeur de plus en plus persistante qu’un remaniement ministériel est imminent. Ainsi, le haut de l’Etat, dont les commandes semblent être placées sous la stricte tutelle du ministère, voudrait éviter tout risque de fuite de documents sensibles, et surtout de prélèvements et sorties déguisées d’importants fonds publics. .

Concernant Louis Paul Motaze en particulier, les dernières nouvelles sur son état de santé, depuis Genève en Suisse, sont très rassurantes. On ne peut que lui souhaiter un prompt rétablissement.

#URGENT #résidence #Paul #Motaze #ministère #des #Finances #sous #haute #surveillance

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: