20 ans devait être le bel âge. Et puis, il y a eu la crise du Covid

0

Camille Etienne incarne l’esprit de sa génération. A la rentrée du Medef, le 27 août, cette activiste écolo de 22 ans a tenu tête au « vieux monde », comme elle dit. Ce jour-là, le débat ronronne autour de la table ronde intitulée « OK boomer ! Conflits de générations », lorsqu’elle lance, intrépide : « Il faudrait peut-être oser travailler moins, mais avec plus de sens. » Stupeur des managers masqués. « Ici, vous êtes quand même à la REF [Rencontre des Entrepreneurs de France], donc la question de travailler moins n’est pas tout à fait d’actualité… », lui rétorque-t-on.

Dans les tribunes de l’hippodrome de Longchamp, les patrons encravatés applaudissent. Mais Camille Etienne ne se démonte pas. Sous le feu des questions réprobatrices de l’animatrice, elle s’explique : « La solidarité, l’entraide… On a besoin de ces choses tombées en désuétude, et qu’il faut remettre au goût du jour. L’entreprise d’aujourd’hui, elle est fatiguée, comme la démocratie ou la politique, et il faut qu’on ose réinventer tout ça… » Un moment de franchise devenu viral sur les réseaux sociaux.

A vrai dire, Camille Etienne n’est pas une débutante. Après avoir marché aux côtés de la Suédoise Greta Thunberg, cette étudiante à Sciences-Po Paris milite au sein du collectif « On est prêt ». Bref, pas du genre à se laisser abattre par le virus, le black-out sanitaire et la récession qui angoissent tant de ses camarades. « Tout est incertain, et notre génération traverse une crise existentielle démentielle ! s’e


SOURCE: https://www.w24news.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: