‘Abdullahi Mire, un ancien réfugié somalien récompensé par l’ONU’ peut être réécrit en français comme suit: ‘Abdullahi Mire, un ancien réfugié somalien récompensé par les Nations Unies’.

0

Abdullahi Mire, un ancien réfugié somalien, récompensé par l’ONU

Abdullahi Mire, un ancien réfugié somalien âgé de 36 ans, a reçu le prestigieux prix Nansen de l’agence de l’ONU pour les réfugiés (HCR) pour son travail en faveur de l’éducation des enfants réfugiés dans le complexe de Dadaab, au Kenya. À travers son organisation, le Refugee Youth Education Hub, Mire a pu offrir une éducation à de nombreux enfants déplacés, affirmant que « chaque enfant déplacé ait la possibilité de s’instruire ». Le Haut Commissaire de l’ONU pour les réfugiés, Filippo Grandi, a salué Mire comme étant « la preuve vivante que des idées transformatrices peuvent naître au sein des communautés déplacées ».

Un parcours exceptionnel malgré les obstacles

Malgré les « obstacles monumentaux », Abdullahi Mire a réussi à terminer ses études primaires et secondaires dans le camp de Dadaab, et a même obtenu un diplôme en journalisme et en relations publiques. Son parcours est exceptionnel et il souhaite maintenant rendre la pareille en offrant une éducation aux enfants réfugiés. Après avoir vécu en Norvège pendant une dizaine d’années, Mire est retourné au Kenya, convaincu qu’il pouvait avoir un impact plus important dans son pays d’origine. C’est lors d’un reportage à Dadaab qu’il a été inspiré à créer le Refugee Youth Education Hub, une organisation dirigée par des réfugiés qui a déjà acheminé 100 000 livres dans les camps et ouvert trois bibliothèques.

Les livres comme outil de guérison et d’ouverture sur le monde

Abdullahi Mire croit fermement que les livres peuvent changer la vie des personnes déplacées. Selon lui, « lorsque vous lisez un livre, c’est comme si vous voyagiez à travers le monde », et pour les personnes traumatisées par les violences et les guerres, « les livres sont le meilleur moyen de guérir ». Grâce à son programme, le nombre de réfugiés inscrits dans l’enseignement supérieur a également augmenté, offrant ainsi de nouvelles perspectives d’avenir à de nombreux jeunes. Abdullahi Mire recevra sa récompense lors d’une cérémonie à Genève le 13 décembre, et il espère inspirer les autres à faire la différence, en soulignant que chacun peut avoir un rôle à jouer pour améliorer la vie des gens.

Mots clés: Abdullahi Mire, réfugié somalien, éducation, enfants réfugiés, Dadaab, Kenya, Refugee Youth Education Hub, livres, bibliothèques, prix Nansen, ONU, parcours exceptionnel, guérison, ouverture sur le monde, enseignement supérieur.

Vidéo du jour:

Laisser un commentaire