Scandale dans l’affaire Martinez Zogo : les avocats des accusés dénoncent

0

Imbroglio autour de la libération des accusés de l’assassinat du journaliste Martinez Zogo au Cameroun

Le vendredi 1er décembre, une décision majeure a secoué le Cameroun : la libération provisoire du patron du contre-espionnage Léopold Maxime Eko Eko et du patron du groupe l’Anecdote Amougou Belinga, tous deux écroués depuis neuf mois. Ils étaient soupçonnés de complicité de torture sur l’animateur radio et lanceur d’alerte Martinez Zogo. Cette libération a été annoncée dans un communiqué du lieutenant-colonel Florent Aimé Sikati II Kamwo, expliquant que leur détention n’était plus nécessaire à la manifestation de la vérité. Cependant, en fin de soirée, une note du Commissaire du Gouvernement près le Tribunal militaire de Yaoundé a annulé cette décision, provoquant la colère des proches des accusés.

Une décision annulée au grand dam des proches

Belinga Cerlin, proche d’Amougou Belinga, a déclaré que le document signé par le juge d’instruction, le lieutenant-colonel Florent Aimé Sikati II Kamwo, n’était pas authentique. Une seconde note signée du juge d’instruction lui-même a confirmé cette information. Les avocats des accusés, qui s’étaient rassemblés devant la prison de Kondengui à Yaoundé, ont dénoncé un scandale et une manipulation, affirmant avoir déchargé l’ordonnance de mise en liberté. Cette situation crée un imbroglio autour de la libération des accusés de l’assassinat du journaliste Martinez Zogo.

Une affaire qui suscite de nombreuses interrogations

Cette affaire soulève de nombreuses interrogations quant à la véritable raison de l’annulation de la décision de libération provisoire. Les proches des accusés et leurs avocats dénoncent un scandale et une manipulation, remettant en question l’authenticité du document signé par le juge d’instruction. Cette situation met en lumière les tensions et les enjeux entourant cette affaire, qui implique des personnalités influentes. Les prochains développements de cette affaire seront scrutés de près par l’opinion publique camerounaise.

Mots clés : Affaire Martinez Zogo, accusés, libération provisoire, manipulation, scandale, juge d’instruction, tensions, enjeux, Cameroun, justice.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:

Laisser un commentaire