Home Actualité internationale Afrique Afrique du Sud : Cyril Ramaphosa sauvé par une coalition inédite ?
Afrique

Afrique du Sud : Cyril Ramaphosa sauvé par une coalition inédite ?

Le Congrès national africain (ANC) d’Afrique du Sud a annoncé jeudi avoir conclu un large accord avec le principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique (DA), et d’autres partis pour former un gouvernement de coalition. L’initiative vise à sortir de l’impasse politique suite à la perte historique de la majorité parlementaire de l’ANC lors des élections d’il y a deux semaines..

Cette annonce intervient à la veille de la première session du nouveau parlement sud-africain, au cours de laquelle les législateurs devraient élire un président. Pour garantir la réélection de Cyril Ramaphosa pour un deuxième et dernier mandat, l’ANC doit s’appuyer sur le soutien des autres partis.

Le secrétaire général de l’ANC, Fikile Mbalula, a confirmé que l’ANC et le DA, ainsi que d’autres partis, se sont mis d’accord sur le principe « fondamental » de la formation d’un « gouvernement d’unité nationale ». Cependant, les détails de cet accord doivent encore être finalisés. « Pour nous, cela représente un grand pas en avant », a-t-il déclaré, ajoutant que le cadre de l’accord devrait être rendu public vendredi.

L’ANC a perdu sa majorité parlementaire lors des élections du 29 mai pour la première fois depuis la fin de l’apartheid en 1994, où il a remporté 40 % des voix, contre 21 % pour l’Alliance démocratique. Ensemble, ces deux partis disposeraient d’une nette majorité au Parlement, leur permettant de gouverner et de réélire Ramaphosa si l’accord était conclu.

L’Inkatha Freedom Party, l’un des plus petits partis, a annoncé mercredi soir qu’il rejoindrait le gouvernement d’unité. En revanche, les Economic Freedom Fighters (EFF) et le nouveau parti MK de l’ancien président Jacob Zuma ont déclaré qu’ils ne participeraient pas à ce gouvernement.

Mbalula a déclaré que l’ANC avait entamé des pourparlers avec les 17 autres partis représentés au Parlement, y compris les plus petits, et les a tous invités à rejoindre le gouvernement d’unité. Certains ont cependant refusé cette proposition.

La constitution sud-africaine exige que le Parlement convoque et élise un président dans les quatorze jours suivant l’annonce officielle des résultats des élections nationales. La date limite est dimanche. Le Parlement s’est réuni vendredi pour respecter ce délai.

L’Afrique du Sud n’a jamais eu de gouvernement de coalition au niveau national au cours de ses trois décennies de démocratie post-apartheid. Cette évolution marque un changement historique dans le paysage politique du pays et ouvre la voie à une nouvelle ère de gouvernance partagée.

#Afrique #Sud #Cyril #Ramaphosa #sauvé #par #une #coalition #inédite

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Afrique du Sud : Une nouvelle loi sur le climat révolutionne la lutte contre le réchauffement

Cyril Ramaphose, Président d’Afrique du Sud L’Afrique du Sud franchit un pas...

Hommage à Abdou Benito : la voix inoubliable du Camerounais « L’Orphelin »

Oublier est un tour du diable, mais le souvenir d’Abdou Benito restera...

Les derniers soldats américains quittent le Niger, début août

Des soldats américains Le retrait des forces américaines du Niger, annoncé comme...

Des milliers de manifestants anti-Netanyahu entourent le Capitole

Des milliers de manifestants se sont rassemblés mercredi autour du Congrès américain...

[quads id=1]