Des perruques synthétiques recyclées au Kenya pour réduire les déchets

0

Des perruques synthétiques recyclées au Kenya pour réduire les déchets

Dans un salon de coiffure à Kisumu, au Kenya, des femmes de la région se font tresser et coiffer les cheveux à l’aide de cheveux synthétiques. Ces cheveux, qui durent de quatre à six mois avant de devoir être remplacés, sont disponibles dans une grande variété de couleurs et sont moins chers que les extensions et les perruques en cheveux humains. Mais qu’advient-il des cheveux une fois que l’utilisatrice en a fini avec eux ?

Transformer les déchets en articles fonctionnels

Dans l’atelier d’Alisam Products Development and Design à Kisumu, un groupe de femmes se consacre à la transformation de ces déchets en articles fonctionnels. Sous la direction de Sarah Adero, elles collectent les déchets de cheveux synthétiques et naturels des salons de coiffure et les transforment en tapis et paillassons afin de lutter contre la pollution de l’environnement. Les femmes trient et tricotent d’abord les cheveux collectés pour en faire des fils avant de les tisser pour fabriquer des produits. Chaque femme de l’équipe peut fabriquer jusqu’à 10 tapis par semaine. Les petits tapis se vendent environ 3 dollars (USD) et les grands jusqu’à 16 dollars (USD).

Une solution durable pour l’environnement et les femmes locales

Ce projet permet aux femmes locales de tisser leur voie vers un moyen de subsistance durable, tout en réduisant les déchets plastiques dans la communauté. Les clients, comme Vivian Awuor, apprécient ces produits uniques et abordables qui contribuent à la préservation de l’environnement. Amos Wemanya, conseiller principal sur les énergies renouvelables et les transitions justes à Power Shift Africa, soutient ces initiatives circulaires qui visent à préserver et à restaurer la santé du lac Victoria, menacé par la pollution.

En adoptant la circularité, le Kenya et l’ensemble de la société peuvent contribuer à la préservation de l’environnement et à la réduction des déchets. Le lac Victoria, le plus grand lac d’eau douce d’Afrique, est confronté à de nombreux polluants qui menacent sa biodiversité. Il est donc essentiel de trouver des solutions durables pour préserver cet écosystème vital pour les communautés locales.

Mots clés : Kenya, perruques synthétiques, recyclage, déchets, environnement, tapis, paillassons, circularité, lac Victoria, biodiversité.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:

Laisser un commentaire