Home Actualité internationale Afrique Burkina Faso : Des organisations non gouvernementales demandent la libération de l’activiste Daouda Diallo
Afrique

Burkina Faso : Des organisations non gouvernementales demandent la libération de l’activiste Daouda Diallo

Une importante coalition d’ONG ouest-africaines exige la libération de l’activiste Daouda Diallo

Une coalition d’ONG ouest-africaines a réclamé la libération immédiate de Daouda Diallo, un défenseur des droits humains burkinabè enlevé à Ouagadougou par des hommes en civil. L’activiste a été enlevé devant le service des passeports où il s’était rendu pour renouveler ses documents de voyage. La Coalition citoyenne pour le Sahel, qui a émis cette demande, n’a reçu aucune nouvelle de lui depuis son enlèvement. Elle exige également des garanties quant à son intégrité physique et psychologique.

Un militant de premier plan et lauréat du prix Martin Ennals

Daouda Diallo, secrétaire général du Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés, est un militant de premier plan au Burkina Faso. Il a été récemment « réquisitionné » pour participer à la lutte antijihadiste dans le pays. Lauréat du prix Martin Ennals en 2022, considéré comme le prix Nobel des défenseurs des droits de l’Homme, il est connu pour ses critiques envers le régime en place. La Coalition citoyenne pour le Sahel estime que son enlèvement en plein jour devant un service public nécessite une réponse immédiate du gouvernement.

Depuis son arrivée au pouvoir par un coup d’État en septembre 2022, le capitaine Ibrahim Traoré a signé un décret de « mobilisation générale » pour lutter contre les jihadistes. Ce décret permet la réquisition des jeunes de 18 ans et plus. Cependant, la Coalition citoyenne pour le Sahel souligne que ce décret ne doit pas servir de prétexte pour cibler arbitrairement des voix indépendantes et les réduire au silence.

La libération de Daouda Diallo est donc vivement demandée par la coalition d’ONG ouest-africaines, qui appelle le gouvernement à agir rapidement pour garantir la sécurité et la liberté de l’activiste.

Mots clés: Burkina, libération, activiste, Daouda Diallo, droits humains, enlèvement, Coalition citoyenne pour le Sahel, prix Martin Ennals, régime, lutte antijihadiste, gouvernement.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Paul Biya : Maîtrise diplomatique et défense des droits humains

Paul Biya déjoue les attaques contre l’UA en réponse à des accusations...

Les otages camerounais retrouvent la liberté après une période éprouvante.

Dans une récente annonce sur le réseau social X, l’ONG Première Urgence...

Enregistrement choquant : le sous-préfet d’Akonolinga impliqué dans une controverse.

Un enregistrement audio compromettant mettant en scène le sous-préfet d’Akonolinga, au Cameroun,...

« L’enlèvement et le meurtre d’une enfant à Bangangté : les proches s’expriment.

Ces derniers jours, une tragédie a frappé la petite ville de Bangangté....

[quads id=1]