Les soldats sud-soudanais quittent la force est-africaine

0

Départ des soldats sud-soudanais de la force est-africaine

Le retrait de la force est-africaine (EAC-RF) déployée dans l’est de la RDC et dont Kinshasa a refusé le renouvellement, s’est poursuivi vendredi avec le départ de Goma de plus de 250 soldats sud-soudanais, selon l’EAC.

Près de 300 soldats kényans de cette force, dont le mandat s’achevait ce 8 décembre, avaient déjà quitté Goma, capitale provinciale du Nord-Kivu, dimanche dernier.

Une équipe de l’AFP a vu les militaire soudanais à l’aéroport de Goma, en treillis, armes à la main, embarquer à destination de Juba. Ils sont partis en trois rotations au fil de la journée, a précisé une source à l’EAC-RF sur place.

Outre des soldats kényans et sud-soudanais, l’EAC-RF comprend des militaires ougandais et burundais, qui devraient eux aussi partir dans les prochaines semaines.

La décision de la RDC de ne pas renouveler le mandat de la force régionale

Cette réunion « a confirmé la décision de la RDC » de ne pas renouveler le mandat de la force régionale et recommandé aux ministres de la Défense de l’EAC que celle-ci « cesse officiellement ses opérations dans l’est de la RDC, avec effet au 8 décembre ».

Les soldats de l’EAC-RF avaient commencé à arriver à Goma en novembre 2022, environ un an après la résurgence dans le Nord-Kivu de la rébellion du M23 (« Mouvement du 23 mars ») qui, avec le soutien du Rwanda selon de nombreuses sources, s’est emparé de vastes pans de la province.

Pour la remplacer, Kinshasa compte notamment sur des troupes de la Communauté d’Afrique australe (SADC).

Un porte-parole du président congolais Félix Tshisekedi a évoqué la date du 10 décembre pour le début de leur déploiement, ce qui n’a pas été confirmé à ce stade par la SADC ni par les potentiels pays contributeurs.

Les défis persistants dans l’est de la RDC

De nombreux groupes armés et autres milices sévissent depuis trois décennies dans l’est de la République démocratique du Congo, un héritage des guerres régionales qui ont éclaté dans les années 1990 et 2000.

Une mission de l’ONU, la Monusco, anciennement Monuc, est présente en RDC depuis 1999 et comprend environ 14.000 Casques bleus. Mais elle est elle aussi accusée d’inefficacité et Kinshasa demande son départ, « ordonné » mais « accéléré », à partir de janvier 2024.

Des élections générales, auxquelles se représente le président sortant Félix Tshisekedi, sont prévues le 20 décembre en RDC. A cause de la rébellion du M23, elles ne pourront pas avoir lieu dans deux territoires du Nord-Kivu.

Mots clés: RDC, force est-africaine, retrait, soldats, Sud-Soudan, mandat, troupes, Communauté d’Afrique australe, groupes armés, élections générales.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:

Laisser un commentaire