Ethiopie : des migrants rapatriés témoignent de leurs traumatismes

0

Des migrants éthiopiens rapatriés racontent leurs traumatismes

Le centre de transit de l’organisation internationale pour les migrations reçoit des dizaines de migrants éthiopiens rapatriés après un séjour dans les pays du golfe, notamment en Arabie Saoudite. Chaque année, des centaines de milliers de personnes, principalement des Éthiopiens, entreprennent un voyage périlleux à travers la Corne de l’Afrique.

Les migrants racontent les horreurs qu’ils ont endurées au cours de leurs voyages infructueux. Certains ont été emprisonnés, battus et torturés pour de l’argent. Les femmes sont également de plus en plus nombreuses à emprunter la Route de l’Est, malgré les dangers.

Malgré les difficultés économiques dans leur pays d’origine, ces rapatriés estiment qu’il vaut mieux vivre dans la pauvreté que de risquer leur vie dans une aventure économique à l’étranger.

Un voyage périlleux à travers la Corne de l’Afrique

Les migrants éthiopiens qui entreprennent le voyage empruntent la Route de l’Est, traversant des déserts brûlants, des mers agitées et des zones de guerre active. Selon l’OIM, bien que la majorité des personnes empruntant cette route soient des hommes, le nombre de femmes a doublé ces dernières années.

Les témoignages des migrants sont bouleversants. Certains ont perdu des amis en route, victimes de naufrages ou d’accidents de voiture. Les conditions de vie sont extrêmement précaires, et certains ont même été attaqués par des vautours après avoir déposé les corps de leurs compagnons décédés sur la route.

Face à ces traumatismes, de plus en plus de migrants éthiopiens rapatriés estiment qu’il est préférable de vivre dans leur pays d’origine malgré la pauvreté, plutôt que de risquer leur vie pour des raisons économiques à l’étranger.

Mots clés: Ethiopie, migrants, rapatriés, témoignages, Route de l’Est, pauvreté, dangers, aventure économique, Corne de l’Afrique, OIM

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:

Laisser un commentaire