Éthiopie : « TPLF nous provoque, on peut retourner à Mekele »

0

En Éthiopie, les rebelles du Front de libération du Tigré ont repris le contrôle de la capitale, Mekele, et le gouvernement fédéral a depuis déclaré un cessez-le-feu pour assurer notamment le bon développement des cultures par les populations de la région et la distribution de l’aide humanitaire. l’aide à rendre possible.

« L’annonce du cessez-le-feu unilatéral par le gouvernement d’Abiy doit être traitée avec le mépris qu’elle mérite tant, car elle ne veut rien dire. Tout d’abord, nous avons détruit son armée et elle se bat. Toujours pour reconquérir des territoires, elle se bat toujours pour garder des territoires. et il détruit et détruit les moyens de subsistance de notre peupleGetachew Reda, porte-parole du Front populaire de libération du Tigré, a déclaré.

La ville de Mekele dans la région du Tigré est sous le contrôle de l’armée fédérale depuis le 28 novembre, date à laquelle le général Bacha Debele a déclaré mercredi à la presse que le retrait de Mekele visait à soulager la population.

_ « Les combats sur le terrain ne sont pas terminés à ce stade, qui sait, si le TPLF pouvait avancer plus loin, nous pourrions avancer plus loin. Vous ne savez pas. Je ne sais pas. J’essaie de vous dire que je Je dis que c’est volumineux et complexe. Ça n’a pas commencé ici et ici », explique Tamerat Negera, politologue.

Malgré cette victoire proclamée, des combats opposent les rebelles du TPLF, qui se font désormais appeler . appel, n’a jamais cessé Forces de défense du Tigré (TDF), et l’armée fédérale éthiopienne. Cependant, il y a des voix pointant du doigt la pression occidentale sur l’Éthiopie. Pour le champion olympique Haile Gebrselassie, les conséquences de sa manœuvre pourraient être désastreuses.

« Beaucoup de pression dans ce pays, beaucoup de pression. Je pense qu’en Occident ils doivent faire attention. Ils doivent faire attention. Qui soutiendra ce combat entre frères, entre mes frères. Ce sont mes frères qui se battent dans la brousse. Mais encore une fois, si vous continuez à grandir comme ça, le résultat sera très mauvais. »

Selon l’ONU, au moins 350 000 personnes vivent dans une famine dans la région, que le gouvernement éthiopien combat. Le Premier ministre Abiy Ahmed a rejeté cette affirmation, estimant qu’il n’y avait pas de famine au Tigré.

#Éthiopie #TPLF #nous #provoque #peut #retourner #Mekele

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: