« Le Burkina et le Niger se retirent de la force antijihadiste G5 Sahel »

0

Le Burkina et le Niger quittent l’organisation antijihadiste G5 Sahel

Après le Mali l’an dernier, le Burkina et le Niger, également gouvernés par des régimes militaires, ont annoncé leur départ de l’organisation antijihadiste G5 Sahel qui semble désormais vouée à disparaître, neuf ans après sa création.

Une décision souveraine

Samedi, le Burkina et le Niger ont décidé « en toute souveraineté » de se retirer « de l’ensemble des instances et organes du G5 Sahel, y compris la Force conjointe ». Une décision qui a pris effet dès le 29 novembre, indiquent les deux pays dans un communiqué conjoint.

Des objectifs non atteints

Selon Ouagadougou et Niamey, « l’organisation peine à atteindre ses objectifs ». Les ambitions légitimes des Etats membres sont contrariées par des lourdeurs institutionnelles et des pesanteurs d’un autre âge. Les deux pays estiment que la voie de l’indépendance et de la dignité est incompatible avec la participation au G5 Sahel dans sa forme actuelle.

Les régimes militaires du Mali, du Niger et du Burkina, pays sahéliens les plus touchés par les violences jihadistes et dont les relations avec la France sont exécrables, se sont rapprochés ces dernières semaines pour former l’Alliance des Etats du Sahel. Les chefs de la diplomatie des trois pays ont proposé la création d’une confédération, avec pour ambition de parvenir à terme à une fédération.

La décision du Burkina et du Niger de quitter le G5 Sahel marque un nouveau coup dur pour cette organisation antijihadiste. Les pays membres semblent remettre en question son efficacité et cherchent de nouvelles alliances pour faire face à la dégradation sécuritaire dans la région du Sahel.

Mots-clés: Burkina, Niger, G5 Sahel, organisation antijihadiste, régimes militaires, dégradation sécuritaire, Alliance des Etats du Sahel, confédération, fédération.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:

Laisser un commentaire