Les langues locales africaines se font une place à New-York

0

Les langues locales d’Afrique frayent leur chemin à New York

New York est une ville avec un grand brassage culturel. Cependant, jusqu’en 2016, seulement six langues officielles faisaient partie du patrimoine et aucune d’entre elles ne faisait référence aux langues indigènes d’Afrique. Pour parer à ce qui apparaissait comme une forme d’exclusion, des groupes de défense des droits de l’Homme comme African Communities Together se sont lancés dans une campagne de promotion de ces langues originaires du continent.

Afrilingual : répondre aux besoins de la communauté africaine

Afrilingual, une entreprise qui fournit des services de traduction et d’interprétation à la communauté africaine et au-delà, a ouvert ses portes cette année avec un objectif clair : répondre aux besoins d’accès aux langues de la communauté africaine en forte croissance. Aminata ChabiLeke, co-fondatrice d’Afrilingual, explique que leur travail consiste à aider les Africains à s’exprimer et à raconter leurs histoires avec précision, notamment dans le cadre de dossiers d’asile et d’autres procédures juridiques.

Des interprètes qualifiés pour une meilleure compréhension

Pour Corina Bogaciu, avocate principale au sein de l’ONG TakeRoot Justice, il est essentiel d’avoir des interprètes qualifiés comme ceux d’Afrilingual. Travailler avec les mêmes interprètes sur une longue période permet de développer une relation de confiance avec les clients, ce qui facilite la communication et apporte du confort aux personnes concernées. Afrilingual propose actuellement des services de traduction et d’interprétation dans une dizaine de langues africaines, dont le bambara, le wolof et l’arabe.

Mots clés : langues locales, Afrique, New York, traduction, interprétation, communauté africaine, droits de l’Homme, exclusion, Afrilingual, dossiers d’asile, interprètes qualifiés, communication, confort.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:

Laisser un commentaire