Les Sud-Africains divisés quant à la libération de Pistorius

0

Les Sud-Africains partagés sur la libération de Pistorius

L’athlète sud-africain Oscar Pistorius sera libéré sous condition le 5 janvier prochain, une décision de justice qui suscite des sentiments mitigés dans les rues de Pretoria. Certains estiment que c’est son droit constitutionnel d’obtenir cette libération conditionnelle, soulignant qu’il a purgé sa peine et qu’il mérite une seconde chance. Cependant, d’autres pensent qu’il est trop tôt et que cela envoie un mauvais message, notamment envers les femmes qui vivent dans la peur en Afrique du Sud.

Des avis divergents

Les avis sont partagés parmi les résidents de Pretoria. Simon Wessi estime qu’Oscar Pistorius a été réinséré dans la société et qu’il doit pouvoir poursuivre sa carrière après avoir purgé sa peine. En revanche, Karabo Sathege pense qu’il est trop tôt pour le libérer, soulignant que les hommes en Afrique du Sud n’ont plus peur de commettre des actes de violence, sachant qu’ils seront libérés rapidement. Cette libération conditionnelle pose donc la question de l’exemplarité de la justice sud-africaine.

Une décision controversée

En Afrique du Sud, les délinquants graves doivent purger au moins la moitié de leur peine pour bénéficier d’une libération conditionnelle. Certains résidents de Pretoria, comme Mahlohonolo Nkoane, sont partagés sur cette décision. En tant que mère ayant perdu son enfant, elle comprend la difficulté pour les membres de la commission de décider si Oscar Pistorius mérite une seconde chance. Cette libération conditionnelle soulève donc des questions éthiques et morales au sein de la société sud-africaine.

Mots clés: Oscar Pistorius, libération conditionnelle, justice, Afrique du Sud, réinsertion sociale, peine de prison, délinquants graves, femmes, sécurité, controverses, éthique, morale

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:

Laisser un commentaire