Home Actualité internationale Afrique Les trésors culturels togolais dispersés en Allemagne
Afrique

Les trésors culturels togolais dispersés en Allemagne

A la recherche des biens culturels togolais en Allemagne. Derrière les portes de ce musée de Berlin, en Allemagne, se déroule une œuvre de mémoire.

Le chercheur togolais Toffa Ohiniko Mawussé travaille à la recherche de ressources culturelles du Togo. Il mène ses recherches au musée ethnologique de Berlin-Dahlem en Allemagne. Depuis son arrivée il y a six mois, il a déjà identifié des œuvres importantes de la culture togolaise.

« J’ai déjà identifié plus de 1 500 à 2 000 objets provenant de l’ancienne colonie du Togo », explique le Dr. Toffa Ohiniko Mawussé absent.

Parmi ces objets on retrouve des tambours parlants de la culture Ewe du sud du Togo et un collier traditionnel Kabiyè du nord du pays. Ces objets ont été transportés à Berlin pendant la période coloniale allemande au Togo, entre 1884 et 1918.

« C’est le tam-tam parlant de nos ancêtres qui sert à faire passer des messages aux communautés. C’est l’Atumpani », explique le Dr. Toffa Ohiniko Mawussé absent.

Les trésors culturels togolais sont donc conservés en Allemagne, tandis que le Togo reste souvent dans l’ombre alors que divers pays réclament le retour de leurs œuvres culturelles d’Europe.

Pour le Dr. Toffa Ohiniko Mawussé devra d’abord s’adresser aux communautés auxquelles appartenaient les objets puis aux dirigeants africains qui devront mettre en œuvre le projet.

« Ce n’est pas seulement un objet, c’est une histoire, c’est une culture. C’est un savoir que les gens vivent aujourd’hui », souligne le chercheur togolais.

Chaque œuvre retrouvée est une nouvelle étape vers la récupération du patrimoine culturel togolais. Et sur place à Lomé, le thème des biens culturels togolais en Allemagne commence à faire débat au sein de la communauté universitaire.

Et Kokou Azamédé, enseignant-chercheur à l’Université de Lomé, précise qu’il faudra approcher les communautés avant de discuter de restitution des œuvres.

« Revenir, c’est avant tout savoir ce qui doit être restitué. Et puis, ceux qui doivent rentrer ont également le droit de s’informer en premier sur le processus.» il maintient.

« Une communauté ne peut donc formuler une réclamation que si elle a conscience que ces objets se trouvent quelque part. Nous sommes actuellement en train d’informer jusqu’à ce que les communautés s’informent et qu’ensuite les décisions de ces communautés soient connues. » ajoute Azamédé.

Le chemin vers la restitution est encore long, mais la poursuite des recherches et des débats laisse espérer un avenir dans lequel ces trésors culturels pourront retrouver leur place d’origine.

#Les #trésors #culturels #togolais #dispersés #Allemagne

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

URGENT : Samuel Eto’o écrit à Ferdinand Ngoh Ngoh

Samuel Eto’o, Président de la Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT), a adressé...

Afrique du Sud : un deuxième décès dû au MPox en 24 heures

Une deuxième personne est décédée cette semaine en Afrique du Sud des...

Samuel Eto’o clarifie les choses : ‘je ne suis pas candidat à la présidence du Cameroun’

Samuel Eto’o, président de la Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT), a utilisé...

[quads id=1]