Niger : la CEDEAO énonce des conditions pour assouplir les sanctions

0

La CEDEAO pose des conditions pour l’allègement des sanctions au Niger

La communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a annoncé dimanche qu’elle pourrait revoir sa décision d’imposer des sanctions économiques et financières au Niger, suite au coup d’État du 26 juillet contre Mohamed Bazoum. Cependant, cet allègement est conditionné à une « transition courte » et au retour des civils au pouvoir. Pour faciliter ce processus, un comité de chefs d’État a été mis en place pour dialoguer avec le Conseil national de salut public (CNSP) et d’autres parties prenantes afin de convenir d’une feuille de route pour la transition. La CEDEAO a averti que si le CNSP ne se conforme pas aux résultats de cet engagement, elle maintiendra ses sanctions, y compris l’utilisation de la force, et pourrait même envisager l’option militaire.

La menace de sanctions maintenue en cas de non-respect des engagements

Lors du sommet de la CEDEAO à Abuja, le Président de la Commission de la Cédéao, Omar Alieu Touray, a déclaré que les sanctions imposées au Niger seraient progressivement allégées si le CNSP respecte les engagements pris avec le comité de chefs d’État. Cependant, en cas de non-respect de ces engagements, la CEDEAO maintiendra toutes les sanctions et demandera à l’Union africaine et à d’autres parties d’appliquer des mesures ciblées contre les membres du CNSP et leurs associés. Cette déclaration montre la détermination de la CEDEAO à rétablir rapidement l’ordre constitutionnel au Niger et à soutenir le retour des civils au pouvoir.

Quatre pays de la CEDEAO dirigés par des militaires depuis 2021

Il est important de souligner que sur les quinze pays membres de la CEDEAO, quatre sont désormais dirigés par des militaires arrivés au pouvoir par des coups d’État depuis 2021. Cette situation est préoccupante pour la stabilité politique et la démocratie dans la région. La CEDEAO cherche donc à mettre en place des mécanismes de suivi et d’évaluation de la transition au Niger afin de garantir un retour rapide à l’ordre constitutionnel. La communauté internationale, notamment l’Union africaine, est également appelée à soutenir ces efforts pour préserver la paix et la stabilité en Afrique de l’Ouest.

Mots clés : Niger, CEDEAO, sanctions, transition, CNSP, coup d’État, ordre constitutionnel, chefs d’État, militaires, stabilité politique, démocratie.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:

Laisser un commentaire