Opération anti-corruption au Mali : vers de nouvelles arrestations ?

0

L’ancien Premier ministre du Mali Soumeylou Boubeye Maïga, ainsi qu’un ancien ministre des Finances et de l’Économie du pays, ont été inculpés par la Cour suprême et placés en détention provisoire, notamment dans l’affaire de l’achat de l’avion de commandement de l’ancien président Ibrahim Boubacar Keita. Dans cette histoire, comme dans d’autres, de nouvelles arrestations peuvent être envisagées.

Avec notre correspondant à Bamako, Serge Daniel

Soumeylou Boubeye Maïga était ministre malien de la Défense au moment des faits ; Mme Bouaré Fily Sissoko, Ministre de l’Economie et des Finances.

Les deux hommes ont été inculpés d’escroquerie, de faux, usage de faux et de favoritisme, principalement dans l’affaire d’achat d’un avion présidentiel datant de 2013-2014.

Le premier a passé sa première nuit au centre de détention de Bamako, la prison civile, le second à la prison pour femmes de Bollé, toujours dans la capitale malienne.

►À relire : Des sanctions tombent au Mali, en cas d’avion présidentiel

Si les avocats des deux personnalités disent qu’ils n’ont absolument rien à se reprocher, alors c’est une affaire qui fait l’actualité depuis longtemps.

Combien a coûté exactement l’avion de commandement IBK ? Les chiffres varient entre les coûts réels, les frais de recherche et d’autres frais, mais ils sont tous impressionnants.

L’Auditeur général du Mali, « M. Anti-Corruption », avait déjà mis du poids sur la table pour exiger des comptes. Egalement des institutions internationales.

►À lire aussi : La justice malienne veut un procès dans l’affaire des avions IBK

La réouverture de cette affaire intervient dans le cadre du lancement par les nouvelles autorités d’une lutte contre la corruption.

Selon nos informations, de nouvelles arrestations sont prévues dans l’affaire de l’avion présidentiel. Mais aussi dans d’autres cas.

Si une grande partie de la classe politique approuve cette opération « mains propres », elle ne demande ni justice bipartite ni chasse aux sorcières.


Réponse

Cheik Mohammed Cherif Koné est le président de l’Association malienne des procureurs et procureurs (AMPP). Il est également le procureur général principal au bureau du procureur de la Cour suprême. Cela ne l’empêche pas, au contraire, de dénoncer ce qu’il qualifie d’instrumentalisation de la justice.

{« mediaId »: »WBMZ79369-RFI-FR-20210827″, »sources »:[{« name »: »WBMZ79369-RFI-FR-20210827″, »url »: »https://aod-rfi.akamaized.net/rfi/francais/audio/modules/actu/202108/52_MALI_Son_MATIN_Kone_Magistrats_inquiets_instrumentalisation_justice.mp3″}], »broadcastType »: »replay », »emission »:{« title »: » »}, »diffusion »:{« title »: »Cheik Mohammed Cherif Konu00e9: u00abLes membres de la Cour supru00eame ne sont mu00eame pas au courant de ce qu’il se passe iciu00bb »}}

Cheikh Mohammed Cherif Koné : « Les membres de la Cour suprême ne savent même pas ce qui se passe ici »


Intermédiaires douteux, surfacturation, validation de dépenses intolérables pour le budget national : les dossiers des contrats d’achat d’avions présidentiels et d’équipements militaires, clôturés en 2018 et finalement rouverts l’an dernier, scandaleux au Mali, et défrayent la chronique depuis plusieurs années. Sans jamais être jugé responsable.

Aujourd’hui, il y a une grande soif de justice, et les promesses faites par les autorités de transition du pays dans la lutte contre la corruption et l’impunité sont sans aucun doute les promesses que tout le monde voulait entendre.

« C’est une procédure illégale, un vol judiciaire « Jugez cependant, sans micro, un magistrat qui suit l’affaire de près. En effet, la profession conteste la manière dont la Cour suprême a traité des affaires qui seraient du ressort de la Cour suprême qui, selon les textes, n’a compétence que pour juger les ministres.

Cette méthode alimente les arguments des personnes impliquées : après sa mise en examen, les avocats de l’ancien premier ministre ont décidé de ne pas commenter, mais quelques heures plus tôt ils ont dénoncé une chasse aux sorcières menée par les autorités de transition et par un juge qu’ils jugent dans les ordonnances. .

.

#Opération #anticorruption #Mali #vers #nouvelles #arrestations

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: