RDC : Moïse Katumbi promet de « libérer le Congo »

0

Moïse Katumbi promet de « libérer » la RDC lors d’un meeting électoral

En meeting électoral samedi, Moïse Katumbi, candidat du parti Ensemble à l’élection présidentielle en République démocratique du Congo, a promis de « libérer » son pays. Devant une foule enthousiaste réunie Place Sainte-Thérèse dans la commune de Kimbanseke, dans l’est de Kinshasa, Katumbi a affirmé sa volonté de changer le pays et de le libérer. Il a également répondu aux critiques sur le financement des élections en proposant de payer lui-même les frais liés à l’organisation du scrutin.

Une polémique sur la nationalité de Moïse Katumbi

Moïse Katumbi, riche homme d’affaires et ancien gouverneur du Katanga, est attaqué pendant la campagne électorale sur sa nationalité. Certains remettent en question sa citoyenneté congolaise et l’accusent d’être d’origine zambienne. Jean Pierre Bemba, ministre congolais de la défense, a notamment insinué que Katumbi était étranger. Face à ces accusations, Katumbi a répondu en interrogeant la foule sur qui étaient les véritables étrangers, faisant allusion aux autres candidats qui ont effectué de nombreux voyages à l’étranger.

Des ralliements et des candidats toujours en lice

Au démarrage de la campagne officielle, il y avait 26 candidats à l’élection présidentielle en RDC. Parmi eux, Félix Tshisekedi, candidat à un second mandat, Martin Fayulu, candidat malheureux à la présidentielle de 2018, et le docteur Denis Mukwege, prix Nobel de la paix 2018. Depuis, quatre candidats se sont ralliés à Moïse Katumbi : Augustin Matata Ponyo, Seth Kikuni, Franck Diongo et Delly Sesanga. La clôture de la campagne est prévue pour le 18 décembre.

Mots clés : RDC, Moïse Katumbi, élection présidentielle, libération, nationalité, polémique, candidats, ralliements, campagne électorale.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:

Laisser un commentaire