Tchad : 61 ans d’indépendance ravagés par les coups d’État

0

Le Tchad a célébré mercredi le 61e anniversaire de son indépendance par un défilé militaire à N’Djamena en présence de Mahamat Idriss Déby Itno, président du Conseil militaire de transition.

Mahamat Idriss Deby Itno, vêtu de son général quatre étoiles, était assis au premier rang de la tribune principale, entouré des 14 généraux qui forment avec lui le CMT. Sous le régime de feu le président Déby, l’anniversaire de l’indépendance a été marqué par une prise de pouvoir militaire sur la place de la Nation dans la capitale tchadienne.

Après l’annonce de la mort du président Déby, un coup d’État a permis au fils de Déby d’usurper les titres de président de la République et de commandant en chef des forces armées. Il a promis des élections libres et démocratiques après une période de transition renouvelable de 18 mois, sans exclure une prolongation de la transition.

Dans le même temps, le Conseil militaire de transition a dissous le parlement et le gouvernement et abrogé la constitution. Sous la pression internationale, la junte a finalement nommé un gouvernement civil de transition le 2 mai, dirigé par Albert Pahimi Padacké, l’ancien premier ministre du défunt.

Une histoire de coups d’État

Le 13 avril 1975, encore une république naissante, le Tchad fait face à son premier coup d’État militaire. Le président François Tombalbaye est assassiné et le général Félix Malloum devient président de la République du Tchad.

Le 1er décembre 1990, le mouvement patriotique de sauvetage d’Idriss Déby renverse le pouvoir d’Hissène Habré par un coup d’État.

Le 23 décembre 2005, le président Idriss Déby a publiquement accusé le président soudanais Omar el-Béchir de chercher à déstabiliser le Tchad.

Le 13 avril 2006, Idriss Déby, avec l’aide de la France, a réussi à arrêter les rebelles des Forces Unies pour le Changement du capitaine Mahamat Nour Abdelkerim aux portes de N’Djaména, après une bataille sanglante qui a fait des centaines de morts.

L’armée tchadienne face à de multiples défis

L’armée tchadienne, considérée par les experts comme l’une des meilleures de la région, a montré sa puissance offensive en déployant un certain nombre d’armes.

De l’artillerie lourde composée de chars, de véhicules blindés, de canons à longue portée et d’autres véhicules de combat était exposée lors de ce défilé militaire. L’armée a également pris en charge une vingtaine de ses avions, dont des hélicoptères et des avions d’attaque russes.

Dans la région du lac Tchad (sud-ouest), l’armée combat le groupe nigérian Boko Haram ou sa branche dissidente, l’État islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap) depuis 2015. Au moins 26 soldats ont été tués dans la plus grande attaque depuis la mort du maréchal Déby la semaine dernière.

Le Tchad participe également à la force anti-jihadiste de l’organisation régionale G5 Sahel, qui comprend également la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso et le Niger. Enfin, dans le massif du Tibesti (nord) et à la frontière avec la Libye, l’armée affronte rebelles et mineurs artisanaux.

#Tchad #ans #dindépendance #ravagés #par #les #coups #dÉtat

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: