Zimbabwe : élections suite à la décision du tribunal d’exclure 9 législateurs

0

Le Zimbabwe organise des élections spéciales après la décision d’un tribunal d’exclure 9 législateurs de l’opposition du Parlement

Le Zimbabwe se prépare à organiser des élections spéciales pour neuf sièges au Parlement, suite à la destitution de législateurs de l’opposition et à leur disqualification pour se présenter à nouveau. Cette décision a été prise après que des fonctionnaires prétendant être le secrétaire général du parti de l’opposition les ont démis de leurs fonctions. L’opposition accuse le parti au pouvoir, le ZANU-PF, d’utiliser les tribunaux pour accroître son contrôle sur le Parlement et éventuellement modifier la constitution. Ces élections spéciales pourraient permettre au Président Emmerson Mnangagwa de se présenter pour un autre mandat.

Une tentative d’accroître le contrôle du ZANU-PF sur le Parlement

La révocation des législateurs de l’opposition par le parti au pouvoir est considérée comme une tentative d’accroître son contrôle sur le Parlement. Le principal parti d’opposition, la Coalition des citoyens pour le changement, affirme que le ZANU-PF utilise les tribunaux pour « décimer » l’opposition. Malgré les critiques internationales et régionales, le Président Mnangagwa a été réélu pour un second mandat en août. Le ZANU-PF a remporté 177 des 280 sièges parlementaires lors des élections nationales, mais il lui manque encore 10 sièges pour obtenir la majorité des deux tiers nécessaire pour modifier la constitution.

Des élections spéciales et une recrudescence des violences

Les élections spéciales de samedi ne sont que le début d’une série d’élections à venir. Le parti au pouvoir a rappelé des dizaines de législateurs, conseillers municipaux et maires de l’opposition. Les groupes de défense des droits ont mis en garde contre une recrudescence des violences à l’encontre des militants de l’opposition depuis les élections d’août. Le mois dernier, un militant de l’opposition a été retrouvé mort après avoir été forcé à monter dans un véhicule. Le pays est confronté à une situation politique tendue alors que le mandat du Président Mnangagwa doit s’achever en 2028.

Mots clés: Zimbabwe, élections, opposition, Parlement, ZANU-PF, destitution, contrôle, constitution, violences, militants.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:

Laisser un commentaire