Cameroun-Guerre des Betis avec Amougou Belinga: Grégoire Owona fait une sortie fracassante Voici les details

    0
    39

    Grégoire Owona n’est pas resté muet pendant longtemps dans la polémique née suite aux déclarations de Amougou Belinga sur les Betis. Le ministre de l’emploi dans une sortie dénonce une « instrumentalisation » des médias.

    Pour Grégoire Owona, la polémique née suite aux délcrations de JP Amougou Belinga est « regrettable ». Le cadre du RDPC, Betis aussi, demande aux différents acteurs de mettre fin à ce conflit et de « rentrer dialoguer en famille ».

    « Ce qui se passe actuellement entre quelques Beti, à mon humble avis, avec une belle instrumentalisation de certains médias est regrettable et inadmissible. Veuillez arrêtez ça s’il vous plaît !!! Le spectacle est triste et a assez duré ! Ne laissez pas le massacre se produire s’il vous plaît ! La paix à consolider et la Nation à bâtir sont plus importants que tout ce qui vous divise aujourd’hui. Mobilisons-nous sur ce qui nous unit avec tous les autres camerounais ! Patriarches, Zomlo’o, Chefs traditionnels, Chefs de village, Notables ou Beti de base comme moi, mobilisons-nous pour l’intérêt général du pays. Nul n’est parfait. Rentrer dialoguer en famille s’il vous plaît », réagit Grégoire Owona.

    Colère des pontes du régime et des Betis

    La colère des Betis intervient après les propos de JP Amougou Belinga contre les Betis, son ethnie d’origine. Au cours de sa visite au nouveau siège en construction du groupe l’Anectode , JP Amougou Belinga s’est fendu d’une déclaration dont il aurait bien pu se passer. Supposé victime de « haute trahison » dans l’affaire Obama, le PDG de Vision 4 face aux micros, a glissé une violente menace à tous ses ennemis, dont les Betis qu’il considère comme sa plus grande menace.

    «Les ennemis sont partout. Du Nord au Sud de l’Est à l’Ouest, et je dirais même beaucoup plus au Centre. J’en sais quelque chose», a commencé Jean Pierre Amougou Belinga, lui aussi originaire de la région du Centre.

    «J’en profite aussi pour dire à mes frères du Centre qu’il ont intérêt à rester tranquille. A la boucler», a-t-il menacé avant de lancer, énigmatique : «Ne rien dire ne veut pas forcément dire qu’on a rien à dire».

    «Je sais d’où je viens, je sais où je vais», a-t-il fait savoir. Et de taper à bras raccourcis : «la plus part des difficultés que nous rencontrons viennent de nos frères de la région du Centre. L’Homme beti est foncièrement paresseux, malhonnête, sournois, cynique, méchant».

    Et le magnat camerounais des médias de menacer: «il s’agit de lancer un avertissement à tous ceux qui sont en train de me jeter des peaux de banane. J’ai tous les moyens. J’ai quatre télévisions, deux radios».

    «Si je sens encore la moindre provocation, je laisserais ma casquette de patriarche et je demanderais à mes journalistes de faire leur travail et tout leur travail et personne n’oserait m’accuser de fratricide», a encore lancé Jean Pierre Amougou Belinga.

    Ces propos ont donc mis le feu à la communauté Beti qui attend désormais des excuses de la part de l’homme d’affaires.


    SOURCE: https://www.w24news.com

    QU’EN PENSEZ-VOUS?

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    [gs-fb-comments]

    [comment-form]

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]