Home Actualité internationale Célestine Ketcha Courtès au ministère de l’Habitat et du développement urbain.
Actualité internationale

Célestine Ketcha Courtès au ministère de l’Habitat et du développement urbain.

Célestine Ketcha Courtès, ministre de l’Habitat et du développement urbain, est une personnalité controversée. Ancienne maire de Bangangté, elle est connue pour son caractère fort et son approche audacieuse. Toutefois, son activisme débordant et ses sorties médiatiques ont parfois suscité des critiques et ont conduit à des interrogations sur sa capacité à remplir ses fonctions ministérielles de manière efficace.

Il est indéniable que Célestine Ketcha Courtès est une femme dynamique qui se déploie sur de nombreux fronts, allant même jusqu’à interférer dans les domaines relevant des compétences de ses collègues et d’autres autorités étatiques. Cependant, cette approche peut parfois donner une impression de légèreté et de superficialité. Ses apparitions publiques et ses activités diverses, telles que participer à des défilés de mode, peuvent être perçues comme relevant davantage du « bling-bling » que d’une concentration sur ses responsabilités ministérielles.

Malgré ces critiques, il convient de reconnaître que Célestine Ketcha Courtès a également accompli un travail remarquable dans certains domaines. Sa présence régulière sur les chantiers de réhabilitation des voiries urbaines dans différentes capitales régionales témoigne de son engagement. Les récents éloges des autorités françaises, notamment de la directrice générale de l’Agence française de développement (AFD), Virginie Dago, soulignent les progrès réalisés dans ces projets. Sa visite de terrain à Bafoussam et Bamenda en compagnie de l’ambassadeur de France au Cameroun, Thierry Marchand, témoigne également de la bonne conduite des travaux.

Cependant, des préoccupations subsistent quant à sa gestion des affaires ministérielles. Des allégations d’appels d’offres non conformes aux procédures appropriées ont été soulevées. Selon certaines sources, près de 80 % des projets du ministère ont été attribués par gré à gré, y compris des marchés de moins de 50 millions de Fcfa, ce qui soulève des questions sur la transparence des procédures. De plus, la prise de décision semble être centralisée et les initiatives individuelles sont découragées, ce qui peut entraver la mise en œuvre efficace des projets.

Il est également rapporté que la ministre aurait une appétence excessive pour les ressources financières, ce qui entraînerait des retards dans la réalisation des projets et des difficultés pour les personnels du ministère. Des témoignages internes font état d’un climat de peur et d’une absence de remise en question. Les décisions de Célestine Ketcha Courtès sont souvent appliquées sans discussion, même si elles contreviennent à la réglementation en vigueur. Certains observateurs se demandent si ces comportements ne sont pas en contradiction avec les objectifs du président Biya et de son épouse, dont elle est pourtant proche.

En conclusion, l’action de Célestine Ketcha Courtès en tant que ministre de l’Habitat et du développement urbain est sujette à débat. Bien qu’elle ait accompli des avancées dans certains domaines, des préoccupations subsistent quant à sa gestion et à son approche. Il est essentiel de promouvoir la transparence, le respect des procédures et l’efficacité dans la réalisation des projets pour assurer un développement urbain durable et équitable.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

L’héritage des inventeurs noirs qui ont changé le monde.

Il est important de rendre hommage aux hommes et femmes qui ont...

Crise à la FECAFOOT : manque de transparence et de communication.

Le président de la Fédération camerounaise de football, connue sous le nom...

Crise politique au Togo : répression et tensions électorales

Les élections au Togo sont marquées par des tensions et une répression...

[quads id=1]