CM – Combien de pelotons d’exécution Carey Price peut-il faire reculer ?

0

Les Canadiens de Montréal ne sont pas aussi enchaînés à leur histoire et à leurs traditions que le reste du monde du hockey (y compris le vôtre) aime plaisanter. Ils ne peuvent jamais y échapper, et ils ne devraient pas non plus. c’est les CANADIENS DE MONTREAL, bordel. Mais les longues cérémonies d’avant-match et l’insistance à être à la tête de chaque discussion ne sont pas aussi accentuées qu’il y a quelques années. Cela ne veut pas dire que les partisans du Tricolore sont les plus aimables, et s’ils remportent quatre victoires au cours des sept prochains matchs, tous les paris sont annulés. Mais plus qu’un sceptre pour ceux qui se parent actuellement en Bleu, Blanc et Rouge, l’histoire du Tricolore a été une sorte de gourdin pour les partisans adverses.

Même pour les aficionados du hockey moderne, qui ont entendu parler des Canadiens d’autrefois, il est difficile de ne pas savoir que les plus grandes équipes ont été construites sur les rushes fluides (et les serrures!) de Guy Lafleur et le jeu gracieusement croquant de Larry Robinson, qui « a porté le flambeau » de Maurice Richard et Jean Béliveau et Yvan Cournover.

Ce que tout le monde en est venu à réaliser, c’est que c’est si loin dans le passé qu’il n’est plus pertinent. Les Canadiens ont une nouvelle tradition, semble-t-il, ou du moins une qu’ils peuvent cimenter avec un championnat inattendu et improbable. Leurs deux dernières Coupes, 1986 et 1993, étaient le produit d’un gardien de but générationnel qui a soutenu un groupe de patineurs utiles mais à peine étoilés au cours de quatre rondes. Patrick Roy l’a fait deux fois. Le premier triomphe de Roy avait Mats Näslund comme le meilleur attaquant des Canadiens, un joueur plus que solide et peut-être même excellent, mais à peine un pilier du match. Son deuxième sept ans plus tard a entraîné Vinny Damphousse, Kirk Muller et Brian Bellows de l’autre côté de la ligne. Encore une fois, de très bons joueurs, mais à peine des titans.

C’est ce que Carey Price peut rejoindre ici. Les Canadiens ont une série d’attaquants rapides et capables défensivement, un Cole Caufield qui pourrait être une star offensive un jour bientôt, et c’est à peu près tout. En défensive, Shea Weber était autrefois l’un des meilleurs du jeu (il a fait deux équipes olympiques canadiennes, après tout), mais cette époque est derrière lui. C’est à peu près aussi anonyme que possible d’un finaliste de la Coupe Stanley, à part Price.

Là où Price se différenciera des deux courses de Roy pour Montréal, c’est qu’il a dû relever un défi absolu pour arriver ici. En 1986, Roy n’a affronté aucun marqueur de 100 points en quatre rondes éliminatoires. Et c’était en 1986, quand n’importe quel joueur qui pouvait se présenter à 75 pour cent de ses matchs, même à moitié sobre, accumulait 95 points. En 1993, Roy a pu esquiver les Penguins de Pittsburgh absolument chargés, qui avaient été contrariés par les Islanders lors de la ronde précédente, et n’avait vraiment eu qu’à négocier une équipe de Sabres avant de voir Wayne Gretzky en finale. Ne rien enlever à Roy, surtout lors de cette manche de 1986, où il a enregistré un pourcentage d’arrêts de .923 au cours d’une année où .909 a mené la saison régulière. Il a révolutionné une position qui, à l’époque, se jouait le plus comme leur premier cours de yoga. Et en 1993, Roy a vaincu trois équipes parmi les 10 meilleurs buteurs de la saison régulière, même si son équipe avait peu d’étoiles remarquables.

Le prix tentera la même chose. Il a déjà battu deux équipes parmi les 10 meilleurs buteurs cette année à Toronto et à Vegas, et Tampa en serait une troisième (on pourrait affirmer que Tampa aurait été l’une des cinq meilleures équipes si Nikita Kucherov avait joué pendant la saison régulière, donnant à Price deux des cinq meilleurs scalps possibles). Même les Jets, aussi rétrogrades et fuyants qu’ils puissent l’être, arborent Blake Wheeler, Nikolaj Ehlers, Kyle Connor, Mark Scheifele (quand il ne se fait pas suspendre) et d’autres. Et ce ne sont pas les Devils des années 90, où Martin Brodeur a pu nettoyer la rare rondelle qui a dribblé devant le rideau de fer devant lui. Montréal est une bonne équipe défensive, mais ils ne se classent que 12e parmi les 16 équipes des séries éliminatoires de cette année pour le nombre de buts alloués attendus par match à force égale. Price a dû faire le travail.

Le principal problème pour Price est à l’autre bout, où l’autre gardien est peut-être le seul à jouer significativement mieux que lui ces séries éliminatoires. Alors qu’Andrei Vasilevskiy a eu un hoquet ou deux en cours de route, il est en tête de la ligue pour les buts enregistrés au-dessus des attentes d’un trajet en taxi de 50 $, selon MoneyPuck.com. Non seulement Price devra tenir à distance la vaste gamme de tireurs d’élite et de tueurs employés par le Lightning, mais il devra également surpasser probablement le meilleur gardien de but de la planète.

Vasilevskiy et Price prouvent à quel point il faut maintenant gagner une coupe Stanley. Auparavant, les équipes pensaient que tout ce dont vous aviez besoin était un gardien de but et 18 gars qui ne tomberaient pas tant que ça, comme Roy l’a prouvé à deux reprises (et Dominik Hašek a presque réussi à Buffalo). Ensuite, les Red Wings ont donné l’impression que si vous aviez une armée de patineurs qualifiés, vous pouviez gagner une coupe avec un gars dans le filet que vous aviez découvert (bonjour, Chris Osgood !). Ce qui est devenu clair maintenant, c’est que vous avez besoin des deux : Vasilevskiy derrière le Lightning l’année dernière, Braden Holtby derrière cette formation des Caps en 2018. Matt Murray a enregistré des pourcentages d’arrêts de .923 et .937 (!) en 2016 et 2017, respectivement, et toujours nécessaires. Sidney Crosby et Evgeni Malkin seront Sidney Crosby et Evgeni Malkin gagneront. La plupart pensaient que les Hawks étaient dans le modèle des Red Wings d’avoir Nameless Jackass dans le but (y compris beaucoup trop à Chicago), mais Corey Crawford était de 0,932 en 2013 et de 0,924 en 2015.

Nous savons déjà que le Lightning possède les deux. Les Canadiens ont joué comme ça en trois rondes, mais Price va devoir rattraper ce qu’ils n’ont pas devant lui. Et ce que fait le Lightning.

Keywords:

Montreal Canadiens,Carey Price,Tampa Bay Lightning,National Hockey League,Stanley Cup Finals,Goaltender,Montreal Canadiens, Carey Price, Tampa Bay Lightning, National Hockey League, Stanley Cup Finals, Goaltender,,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

Vidéo du jour: