CM – Frappes meurtrières à Gaza après des tirs de roquettes, tensions à Jérusalem

0

Tirs de roquettes de la bande de Gaza sur Israël et frappes meurtrières de l’État juif contre le Hamas après de violents affrontements entre la police israélienne et des manifestants palestiniens à Jérusalem-Est: Israël et les Palestiniens sont impliqués dans l’une des plus importantes escalades de violence Ces dernières années.

Au moins 20 personnes, dont neuf enfants et un haut commandant du Hamas, sont mortes lundi soir dans des frappes attribuées à l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza en réponse à des dizaines de roquettes qui ont éclaté sur l’esplanade des mosquées après de nouveaux affrontements, l’enclave palestinienne, le troisième site le plus sacré de l’Islam, que les Juifs appelaient le Mont du Temple, à Jérusalem-Est.

Selon un rapport final de l’armée israélienne peu avant minuit, environ 150 roquettes ont été tirées depuis Gaza en Israël, dont « des dizaines » encerclés par le bouclier antimissile « Iron Dome » a été. Et les salves ont continué.

La violence a coïncidé avec le « Jour de Jérusalem », qui, selon le calendrier hébreu, marque la conquête de la partie orientale de la ville sainte peuplée de Palestiniens par l’armée israélienne en 1967. Et cela vient après des semaines de tension en Israël. Jérusalem.

« Les organisations terroristes à Gaza ont franchi une ligne rouge … en tirant des roquettes sur la région de Jérusalem », a déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans la soirée.

« Israël répondra par la violence (. ..) quiconque attaquera paiera un lourd tribut. Je vous le dis, citoyens d’Israël, le conflit actuel pourrait durer un certain temps », a ajouté le Premier ministre, qui a tenu des consultations avec les chefs de l’armée et en fin de soirée les services secrets internes, le Shin Beth.

Après de violents affrontements à Jérusalem ce matin-là, le Hamas avait lancé à Israël un ultimatum exigeant que ses forces armées se retirent de la place de la Mosquée, foyer de tension entre Palestiniens, avant 18h00 (15h00 GMT ) et des Israéliens au cœur de la vieille ville.

Et à 18h00, un bombardement à la roquette a été tiré depuis cette enclave appauvrie de deux millions de personnes en direction d’Israël.

Alors que la majorité des roquettes ont été interceptées par le bouclier antimissile Iron Dome, certaines sont tombées sur le territoire israélien et un missile antichar a été légèrement blessé dans une zone israélienne de la bande de Gaza.

« Nous blâmons le Hamas pour ces attaques. « , a déclaré Jonathan Conricus, porte-parole de Tsahal, qui a suspendu un exercice militaire majeur en raison des affrontements.

 » Nous avons commencé à atteindre les positions du Hamas (…) et je dis que cela a bien commencé « , a ajouté le Des responsables ont ajouté et confirmé que l’armée israélienne avait pris pour cible un haut commandant du Hamas dans le nord de la bande de Gaza. Plus tard dans la soirée, l’armée a ajouté avoir ciblé d’autres membres du mouvement islamiste et intensifié les grèves dans l’enclave.

Les autorités locales de Gaza ont fait état de 20 morts, dont neuf enfants, et beaucoup ont été blessés lors des frappes. C’est le plus important depuis novembre 2019. Les sauveteurs israéliens ont signalé trois blessés et sept assaillants paniqués qui ont été hospitalisés.

« Les Brigades Al-Qassam (la branche armée du Hamas) tirent maintenant des roquettes sur Jérusalem occupée par l’ennemi en réponse à son crimes et agression contre la ville sainte », ont-ils déclaré dans un bref message. « C’est un message que l’ennemi doit bien comprendre: si vous répondez, nous répondrons. Si vous grimpez, nous allons dégénérer. » Lundi soir, des sources diplomatiques ont indiqué à l’AFP que l’ONU avait, avec l’aide du Qatar et de l’Egypte avait engagé une médiation avec les parties « concernées » afin de parvenir à une désescalade.

« Il est impératif que toutes les parties agissent » dans ce sens, a plaidé le secrétaire d’État américain Antony Blinken.

Après un week-end marqué par de fortes tensions à Jérusalem-Est, lundi a commencé avec des centaines de Palestiniens jetant une pierre contre les forces de sécurité israéliennes qui étaient positionnées sur l’esplanade de la mosquée et qui ont répondu avec des grenades assourdissantes, des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc.

Palestiniens Plus de 395 Palestiniens ont été blessés dans le Croissant-Rouge, beaucoup aux yeux et à la tête, que la police israélienne lors des rassemblements les plus violents Depuis 2017, au moins neuf personnes ont été blessées dans leurs rangs à Jérusalem-Est.

En début de soirée, les organisateurs ont annulé une marche de milliers de jeunes Israéliens dans la vieille ville pour commémorer le «Jour de Jérusalem», qui aurait pu conduit à de nouvelles escarmouches.

Alors que des manifestations ont été signalées dans plusieurs villes de Cisjordanie occupée, les tensions dans la ville sainte ne se sont pas apaisées. En fin de soirée, des milliers de fidèles musulmans se sont rassemblés sur l’esplanade des mosquées, où un incendie a eu lieu, pour prier avant la fin du Ramadan cette semaine.

Et il y a eu de nouveaux affrontements entre les manifestants palestiniens et les forces de l’ordre israéliennes agences, leurs obus assourdissants ont clignoté dans la nuit de Jérusalem tandis que les sirènes des ambulances hurlaient à nouveau.

Lisez les articles dans la section Internationale,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQTutoriel vidéoPublicitéContactez-nousSitemapMentions légalesCharte de modération CGUCGVPolitique relative aux cookiesArchive de la politique de confidentialité personnelle

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu de l’article inclus dans votre annonce.

Pour ce faire, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Ref: https://www.lepoint.fr

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: