CM – Xavier Bertrand : 15% dans les sondages, dépassé par Lapix… Mais « celui qui peut gagner contre Macron »

0

BERTRAND. Malgré des sondages qui ne le placent qu’à la troisième place, Xavier Bertrand pense pouvoir accéder au second tour et battre Emmanuel Macron à la présidentielle. Il dit à LR de se rassembler derrière lui.

[Mis à jour le 1er octobre 2021, 15h33] Xavier Bertrand en est convaincu : Il peut aller jusqu’à la fin de la présidentielle et battre Emmanuel Macron. En quittant Les Républicains en 2017, le président des Hauts-de-France appelle désormais le parti et les candidats déclarés au Congrès LR à s’unir derrière lui. « C’est clair depuis longtemps : je suis celui qui peut le mieux se qualifier au second tour et gagner face à Emmanuel Macron », a-t-il encore répété vendredi 1er octobre 2021, devant les caméras de BFM TV. Pourtant, un dernier sondage pour Les Echos, rendu public jeudi 30 septembre, ne lui attribue que 15 % des intentions de vote ; H. moins que Marine Le Pen (20 %) et Emmanuel Macron (24 %). le dernier duel pour l’Elysée.

Xavier Bertrand refuse de participer au Congrès républicain : « C’est moi qui peux gagner contre Macron » pic.twitter.com/aXTDSTD9Cl

Ses commentaires sur sa qualification pour le Xavier Bertrand avait déjà fait le deuxième tour jeudi soir sur le plateau de 20 heures de France 2. Ce à quoi la journaliste Anne-Sophie Lapix a répondu : « En ce moment vous n’êtes même pas au second » tour des urnes « . Un moment d’hésitation et de silence devant les caméras pour Xavier Bertrand, dépassé par le présentateur, avant qu’il ne réaffirme avec sang-froid : « Tu sais très bien aujourd’hui que je suis le seul qui peut se qualifier pour le second tour et le seul qui peut gagner. »

« Pour le moment tu n’es même pas au second tour dans les sondages « Quand Anne-Sophie Lapix a atomisé Xavier Bertrand avec un fait… #XavierBertrand #LR #Présidentielle pic.twitter.com/CyhDhtxU3P

Xavier Bertrand l’a dit et répété jeudi 30 septembre, que ce soit dans les Chroniques de Au Figaro ou au JT de France 2, il s’oppose désormais à une « confrontation confrontation ». Les Républicains examinent la candidature au Congrès du 4 décembre. Pour lui, « il y a urgence à se rencontrer et à se rassembler : on ne peut pas être les derniers à pouvoir dire clairement qui sera le candidat de la droite et du centre », a-t-il plaidé dans les colonnes du Figaro.

La candidature de Xavier Bertrand à l’élection présidentielle de 2022 se fait attendre depuis longtemps. Dès août 2020, il a demandé à Corse Matin de « préparer » la période électorale. C’est finalement le 6 juillet 2021 qu’il s’est officialisé pour se présenter devant les électeurs dans une interview sur TF1, précisant qu’il refuserait d’assister à une primaire de droite (voir ci-dessous). Alors que le parti a finalement confirmé l’organisation d’un congrès à huis clos, Xavier Bertrand pourrait s’y soumettre afin de recevoir l’investiture.

Sur une primaire de droite : Y assisterez-vous ? @Xavierbertrand
« Ce soir devant les Français, je suis candidat à la présidentielle, c’est une candidature de constance, je ne serai pas candidat à une primaire » #LE20H @TF1> https://t.co/midPACssdc pic. twitter.com/sQmQcRfdor

Mais la volonté de Xavier Bertrand est claire : « Il aimerait qu’on ne vote qu’un seul nom au congrès », a glissé un cadre de LR en direction du Parisien. L’élu de 56 ans rêve d’un scénario similaire à celui de 2006, lorsque seul Nicolas Sarkozy briguait le premier indicatif régional fermé de l’UMP. Pourtant, les sondages ne lui promettant pas le leadership attendu, la mission s’annonce d’autant plus compliquée que des études montrent qu’il est en tête-à-tête avec Eric Zemmour et Valérie Pécrese refuse de le soutenir. Les Républicains restent le seul grand parti dont le visage n’a pas été choisi pour la session d’avril 2022.

S’il est élu à l’Elysée, Xavier Bertrand assure qu’il n’est élu que pour un seul mandat de cinq ans. « Je suis candidat pour un mandat de cinq ans et c’est tout. Si vous ne commencez pas dans les 18 premiers mois, vous ne commencez jamais », avait-il annoncé début septembre à Marseille lors d’un déplacement évoqué par CNews. Et l’un des chantiers majeurs est l’accélération de la décentralisation, qui se pose en porteur d’une « république des territoires ». Il souhaite entre autres la mise en place d’un conseiller de zone unique et la fusion des postes de conseillers départementaux et régionaux.

L’un des principaux axes de sa campagne est la sécurité, un enjeu proche de Xavier le cœur de Bertrand. Dans ce domaine, il propose, à l’instar du Point Staffel, la création de 20.000 places de prison, la majorité pénale réduite à 15 ans voire de courtes peines de prison rétablies, et assure vouloir à terme expulser « systématiquement » les contrevenants étrangers. de la phrase. Et de proposer que les amendes pénales « soient imputées directement sur les salaires ou, le cas échéant, sur certaines prestations sociales comme le RSA ».

il n’y a pas de fermetures de classes en milieu rural il y en aura plus ».

Dans une interview au Figaro le jeudi 30 septembre, puis dans une interview à France 2 le même jour à « 20h22 », Xavier Bertrand a parlé de la baisse du pouvoir d’achat des Français. Pour remédier à la situation, le président des Hauts-de-France propose « trois décisions ». La première : pour les Français qui gagnent moins de 2.000 euros par mois, « de créer une ‘prime de travail’ qui est versée directement par l’employeur ». Prime qui ne coûte rien au patron et « ne dépend plus de la composition familiale du ménage, mais uniquement des revenus de la personne ». L’objectif était : d’aller au-delà de la prime d’activité actuelle et de tout mettre en œuvre pour qu' »aucun salarié à temps plein en France ne gagne moins de 1 500 euros net par mois ».

Deuxième « décision » : « Que les heures travaillées au-delà les 35 heures sont accordées aux salariés qui paient plus. » Et à développer : « Concrètement, les heures travaillées au-delà de la 35e sont totalement exonérées et facturées et l’entreprise bénéficie d’une réduction de cotisations patronales de deux euros de l’heure à partir de la 35e heure. Enfin, dans la troisième proposition, le candidat à la présidentielle veut « une entreprise qui génère des profits [partage] la valeur qui a aussi été créée grâce à ses salariés ». Le programme comprend des primes facultatives sans taxes ni frais, des participations et autres incitations… A quoi vous rappelle la désormais fameuse prime Macron ?

Admis au RPR en 1981 à l’âge de 16 ans, Xavier Bertrand est resté fidèle au parti jusqu’en 2017, puis passe à l’UMP puis aux Républicains. Mais en 2017, au terme d’une campagne présidentielle chaotique, Laurent Wauquiez est promu président du parti. Le jour de l’élection du nouveau patron, Xavier Bertrand a quitté LR et reproché au successeur de Nicolas Sarkozy de ne pas avoir clairement appelé Emmanuel Macron à voter au second tour de la présidentielle. Depuis, il dirige la région Hauts-de-France comme un autre candidat de droite. Mais il veut le soutien de son ex-famille politique.

« J’ai toujours dit que mon indicatif régional était les élections régionales dans les Hauts-de-France. » Bien sûr, s’il est un point sur lequel Xavier Bertrand n’a pas changé d’avis, c’est sa position sur l’organisation d’une primaire ouverte chez LR pour désigner le candidat du parti 2022 pour revivre les divisions connues par le parti en 2016, le candidat a refusé de se soumettre. à elle et, malgré une autre candidature LR, a laissé des doutes sur un chauffeur solitaire.

Enfin, il a vu les adhérents opter pour un congrès à huis clos. Ainsi, seuls les membres actuels du parti peuvent voter pour élire son président. Ce qui conduit peut-être à ce qu’il soit en ligne. Mais rien n’est sûr. Car le président des Hauts-de-France s’est engagé à avoir tout le parti derrière lui et voit donc Valérie Pécresse, Michel Barnier et les autres candidats déclarés se porter derrière eux avant le vote.

Dans un entretien au Figaro jeudi , le 30 septembre, prévient Xavier Bertrand : « Si un congrès de rassemblement avait du sens, un congrès conflictuel nous replongerait dans les divisions des primaires de 2016 ». Il invite désormais les autres candidats à se rencontrer d’ici le 13 octobre, jour où les républicains examinent la recevabilité des candidatures au Congrès. Il a reçu l’opposition pour le moment.

Comme François Fillon en 2017, il serait le troisième homme de cette élection présidentielle. Et il n’y a eu aucun changement depuis le début de 2021. Entre 13 % et 16 % des voix : celle-ci est attribuée au président des Hauts-de-France. Selon le dernier sondage Opinion Way publié le 30 septembre, il obtiendrait 15 % des voix, derrière Emmanuel Macron (23 %) et Marine Le Pen (16 %) juste devant Eric Zemmour (13 %). Pas de quoi donc atteindre le deuxième tour. Avec ce spectre de voix ce serait le score le plus bas pour les droites dans une élection élyséenne, tous partis confondus, de l’UDR à la LR.

Si Xavier Bertrand est aussi vu par l’opinion publique comme l’homme de « droite- valeurs de l’aile. » « représente le mieux, cela n’affecte que 31 pour cent des personnes interrogées dans un sondage Elabe publié le 29 septembre. En deuxième réponse, un sur quatre estime qu’aucun des candidats au Congrès (Pécresse, Barnier, Ciotti, Juvin, Payre) n’incarne vraiment les valeurs de la droite.

Xavier Bertrand est né le 21 mars dernier. 1965 à Châlons-sur-Marne naît et commence à promouvoir le RPR à l’âge de 16 ans. Après des études de droit, il devient agent d’assurances et s’engage en politique. En 2002, il devient député de la deuxième circonscription de l’Aisne. En 2004, il est secrétaire d’État à l’Assurance maladie, puis ministre de la Santé et des Solidarités.

Après avoir soutenu Nicolas Sarkozy dans sa campagne pour l’élection présidentielle de 2007, Xavier Bertrand devient ministre du Travail, des Relations sociales et de la Solidarité dans le gouvernement de François Fillon nommé. En 2010, il devient ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé et maire de la Ville de Saint-Quentin.

Après l’élection de François Hollande à la présidence de la République en 2012, Xavier Bertrand quitte son portefeuille ministériel, mais est nommé député de la 2e circonscription de l’Aisne réélue. Ancien secrétaire général de l’UMP (2008-2010), il reste maire de Saint-Quentin. Aux élections communales de 2014, il a été réélu au premier tour en tête de la mairie avec 52,73 % des suffrages.

Les informations recueillies sont destinées au Groupe CCM Benchmark pour assurer l’envoi de votre newsletter.

Vous êtes également utilisé à des fins publicitaires ciblées, sous réserve des options auxquelles vous avez souscrit.

Vous disposez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles ainsi que d’en demander la suppression dans les limites légales.

Vous pouvez également revoir vos options de ciblage à tout moment. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

Aux élections régionales de 2015, il a été promu candidat dans la nouvelle grande région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Il fait Marine Le Pen (FN) et Pierre de Saintignon (PS). Contre toute attente, le Front National a pris la première place au premier tour. Le Parti socialiste a alors décidé de retirer son candidat pour s’opposer à Marine Le Pen. Xavier Bertrand a finalement été élu au second tour avec 57,77% des voix. Il a pris ses fonctions à la présidence de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie en janvier 2016 et a été réélu en juin 2021 avec 52,37 % des voix.

Résumé

Xavier Bertrand et Anne-Sophie Lapix
Le candidat à la présidentielle 2022 de Bertrand
Programme et idées de Xavier Bertrand
Le parti politique de Xavier Bertrand
Bertrand et la Primaire de la droite
Résultats de l’enquête pour le …

Je gère mes abonnements push

Les informations recueillies sont destinées au Groupe CCM Benchmark pour assurer l’envoi de votre newsletter.

Sous réserve des options auxquelles vous avez souscrit, elles seront également utilisées à des fins publicitaires ciblées.

Vous disposez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles ainsi que d’en demander la suppression dans les limites légales.

Vous pouvez également revoir vos options de ciblage à tout moment. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

Keywords:

Xavier Bertrand,The Republicans,Anne-Sophie Lapix,France 2,French presidential election,Valérie Pécresse,Xavier Bertrand, The Republicans, Anne-Sophie Lapix, France 2, French presidential election, Valérie Pécresse,,,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: