Crise anglophone: voici ce qu’il faut retenir de visite de Dion Ngute à Buéa

    0

    Comme à Bamenda une semaine plus tôt, c’est un succès retentissant qui a sanctionné la toute première visite de travail du premier ministre chef du gouvernement dans sa région natale, du 14 au 17 mai 2019.

    Le vendredi 17 mai, sur les berges du fleuve Moungo, c’est une foule compacte et euphorique qui a dit au revoir à Joseph Dion Ngute au terme d’un séjour de quatre jours dans le SudOuest. Une ambiance à la lisière de l’hystérie qui avait déjà salué son arrivée mardi de la semaine au même endroit. C’est que visiblement, les autorités et populations de cette région dont il est par ailleurs originaire, ne cachent pas leur joie à la suite de cette visite qui a renoué le fil du dialogue entre le pouvoir central de Yaoundé et la région en proie à des exactions des séparatistes depuis plus de deux ans.

    Mais davantage, c’est le message de paix du chef du gouvernement qui a le plus enthousiasmé les populations qui rêvent désormais de tourner le dos aux atrocités diverses générées par cette crise sociopolitique et sécuritaire. En effet, comme à Bamenda la semaine d’avant, Joseph Dion Ngute s’est dit porteur d’un message de paix du chef de l’état, favorable à l’organisation d’un dialogue inclusif ouvert à toutes les problématiques, à l’exclusion de la partition du Cameroun. Visiblement, l’annonce a rencontré l’adhésion de la très grande majorité des populations de la région.

    Au cours des séances de travail organisées, tant avec les forces vives, les autorités publiques, traditionnelles et religieuses, les différents participants ont laissé transpirer leur désir de voir intervenir le plus rapidement possible ce dialogue censé mettre fin à plus de deux ans d’instabilité sociale qui met à mal la paix et la tranquillité dans cette partie du pays. Même les irréductibles opposants au régime n’ont pas manqué de jouer leur partition à cet hymne à la paix et à la réconciliation, à l’instar des représentant du Mrc – le Mouvement pour la renaissance du Cameroun, prenant part aux concertations. Que ce soit à Kumba, à Tiko ou à Buea, Joseph Dion Nguté a invité les séparatistes à déposer les armes, sans peur de représailles, et à se laisser prendre en charge par la Cddr – la Commission de démobilisation, désarmement et de réinsertion des ex combattants, mise en place par le président de la République.

    Partout où il est passé, il a invité les parents à sensibiliser leurs enfants afin qu’ils sortent des brousses pour intégrer le train de la réconciliation ainsi lancé. Et comme pour prouver leur adhésion à cette nouvelle vision de la résolution de la crise anglophone, une vingtaine de séparatistes sont spontanément sorties de brousse à l’étape de Kumba pour déposer leurs armes, et pour se mettre à la disposition de la Commission nationale de démobilisation, de désarmement et de réinsertion.

    Style direct

    Parallèlement, une vidéo circule depuis l’arrivée du Pm à Kumba, montrant une maman qui, à l’aide d’un mégaphone, sillonne les ruelles de la ville et appelle les séparatistes à sortir des brousses pour venir participer à la préparation du dialogue annoncé par le chef du gouvernement. Mais qu’est qui fait courir Joseph Dion Ngute auprès des populations ? Visiblement, le Pm a opté pour une approche qui tranche avec celle jusque-là usitée dans la recherche de solutions à la crise dite anglophone.

    Une approche faite d’un style direct qui lui permet d’aller frontalement au contact des populations pour leur expliquer le bien-fondé de la démarche gouvernementale. D’abord par l’accoutrement, ensuite par le langage, le Pm a clairement indiqué qu’il fait corps avec les populations en détresse, leur parlant en «pidgin» pour être mieux compris, et s’exonérant d’un protocole excessif qui, très souvent, marque un point de rupture entre les autorités et les classes populaires.

    À Bamenda comme à Buea, on a vu des gens venir serrer la main du Pm en marque d’approbation à son speech, sans se faire réprimander par les membres de sa sécurité. Au centre de réinsertion des ex-combattants de Buea, Joseph Dion Ngute s’est entretenu avec les pensionnaires, sans protocole, allant jusqu’à proposer à quelquesuns d’entre eux une aide personnelle pour leur permettre une meilleure insertion socioprofessionnelle à la fin de leur apprentissage. Sans doute, le type de discours que beaucoup voulaient bien entendre.

    Source: Sans Detour No 298

    Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

    Vidéo du jour:



    Laisser un commentaire