Home Actualité internationale Débat sur la détention, maintien des primes, anonymisation généralisée : ce que veulent les policiers en colère
Actualité internationale

Débat sur la détention, maintien des primes, anonymisation généralisée : ce que veulent les policiers en colère

«Le Figaro» fait le point sur les revendications des forces de l’ordre et sur leurs chances d’aboutir.

Les revendications des forces de l’ordre

Les récentes affaires de violences policières ont ravivé la colère des syndicats de police en France. Suite à l’incarcération d’un policier de la BAC impliqué dans l’affaire Hedi, les forces de l’ordre réclament des changements dans les conditions de placement en détention. Ils demandent notamment l’adaptation de l’article 144 du code de procédure pénale pour prendre en compte les policiers agissant dans le cadre de leur mission. Les syndicats exigent également la préservation des revenus des policiers poursuivis et la protection fonctionnelle améliorée pour faciliter l’accès à un avocat ou à une prise en charge sociale ou médicale.

La position du ministre de l’Intérieur

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, ne s’est pas opposé à l’ouverture d’un débat sur les revendications des forces de l’ordre. Il reconnaît que les policiers ont droit à la présomption d’innocence et au même régime justiciable que les autres citoyens. Cependant, il estime que les demandes des syndicats devront passer par un projet ou une proposition de loi, ce qui risque de les faire retoquer. Le ministre a également saisi l’inspection générale de l’administration pour qu’elle fasse des recommandations sur la protection des policiers et de leur famille.

La nécessité de protéger les policiers

Face à la montée de la violence et des menaces contre les policiers, la profession demande plus de garanties pour protéger les agents et leur famille. Une mesure proposée est l’anonymisation des policiers qui remplissent les procès-verbaux, afin de les protéger des représailles. L’administration se montre inflexible face à ces menaces et assure qu’elle fera tout pour remonter jusqu’aux auteurs de ces agissements. La divulgation de données personnelles, appelée « doxing », est punie par la loi, mais les sanctions pourraient être renforcées pour mieux protéger les policiers.

Mots clés : forces de l’ordre, revendications, détention provisoire, protection fonctionnelle, anonymisation, violence policière, Gérald Darmanin, menace, doxing.

A LIRE AUSSI ...

Bénin : Reckya Madougou fait un déballage sur les violations constantes de ses droits en prison

Reckya Madougou Reckya Madougou fait parler d’elle une fois de plus. L’opposante...

Audition imminente pour l’avocat burkinabè Guy Hervé Kam

L'avocat burkinabè Guy Hervé Kam sera bientôt auditionné après son arrestation en...

Obstacles à la vérité : le blocage audacieux de Ferdinand Ngoh Ngoh

Ferdinand Ngoh Ngoh entrave la vérité dans l'affaire Martinez Zogo. Obstacles, menaces,...

[quads id=1]