Home Actualité internationale Le G11 et la question de la succession de Paul Biya en 2025.
Actualité internationale

Le G11 et la question de la succession de Paul Biya en 2025.

La question de la succession de Paul Biya, actuel président du Cameroun, se pose avec insistance à l’approche de l’élection présidentielle de 2025. Des signaux indiquent qu’un groupe appelé G25 est à l’œuvre pour prendre sa relève, en utilisant comme arme fatale l’absence de bilan de ses « créatures ». Cette situation découle de la mise en place à l’origine du G11, une nébuleuse créée par certains collaborateurs proches du chef de l’État, dans le but de manœuvrer dans l’ombre pour que Paul Biya prenne sa retraite en 2011. Leur objectif était également de torpiller ses projets de développement, d’occuper les postes stratégiques de l’appareil étatique et de s’enrichir illicitement.

Bien que ces individus aient été promus au sein de l’administration par le président Paul Biya lui-même, ils n’ont jamais caché leur ambition de prendre le pouvoir. Ils considéraient d’ailleurs que Paul Biya était trop vieux à l’époque pour continuer à diriger le Cameroun. Jean Marie Atangana Mebara, alors ministre d’État et secrétaire général de la présidence de la République, était considéré comme l’idéologue du G11. Inspiré par l’ouvrage « Les bonnes fréquentations » de Sophie Coignard et Marie Thérèse Guichard, il a élaboré un plan visant à encercler le président Paul Biya.

Atangana Mebara a augmenté le nombre de portefeuilles ministériels, permettant ainsi à ses affidés d’occuper des postes clés dans le gouvernement. Il a également mis en place des organigrammes inachevés dans les différents ministères, appelés « squelettes ». Ces organigrammes lui ont permis de placer ses partisans à tous les niveaux de l’administration, y compris aux postes de sous-directeurs, afin de contrôler l’ensemble de l’appareil étatique. De plus, ils ont exercé un contrôle sur les recrutements dans la fonction publique.

Toutes ces manœuvres ont entravé la mise en œuvre concrète du programme des Grandes ambitions de Paul Biya. Si ce programme avait été correctement mis en œuvre, le Cameroun serait aujourd’hui en phase finale de sa transition vers l’émergence. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Même lorsque le « gourou » du G11 a été emprisonné, les cellules dormantes ont continué à exister et à recevoir des ordres. D’autres leaders ont pris la relève, recrutant même parmi les proches du président de la République. Les projets structurants élaborés dans le cadre des Grandes ambitions et des Grandes réalisations ont été sabordés.

D’autres « créatures » du président Paul Biya ont décidé de suivre une logique similaire. En 2025, ils semblent déterminés à aller à l’encontre des promesses de démocratie et de prospérité faites par le président. Malgré des sommes considérables débloquées, il est difficile de citer un seul grand projet de ces programmes qui a été entièrement réalisé. Le programme des grandes opportunités, sur lequel le président a été élu en 2018, connaît également un échec manifeste en raison des mêmes méthodes et des mêmes personnages qui entravent sa mise en œuvre.

Dans l’état actuel des choses, il sera donc difficile pour le président Biya, candidat du Rdpc, de mener efficacement sa campagne en 2025.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Controverse au défilé du 20 mai : le SDF refuse de porter les effigies de Paul Biya

Le SDF exprime son désaccord sur l’exigence de porter les effigies de...

Paul Biya met fin au conflit entre Samuel Eto’o et le gouvernement

Paul Biya a joué un rôle crucial dans le conflit entre Samuel...

Tragédie en Afrique du Sud : 32 morts et des disparus

En Afrique du Sud, le bilan s'alourdit après l'effondrement d'un immeuble à...

[quads id=1]