Home Actualité internationale Les femmes ayant commencé à prendre une pilule contraceptive à l’adolescence ont un risque accru de dépression.
Actualité internationale

Les femmes ayant commencé à prendre une pilule contraceptive à l’adolescence ont un risque accru de dépression.

Une nouvelle étude tire la sonnette d'alarme.

La pilule contraceptive augmenterait le risque de dépression chez les adolescentes

Une nouvelle étude américaine publiée le 12 juin 2023 dans la revue Epidemiology and Psychiatric Sciences révèle que la pilule contraceptive augmenterait le risque de dépression chez les adolescentes. L’étude a porté sur plus de 264 000 femmes et les résultats sont sans appel : le risque de dépression chez les femmes adultes est de 92 %, avec un taux grimpant à 130 % chez les adolescentes, par rapport aux personnes qui ne prennent pas la pilule. L’augmentation impressionnante de ce taux de dépression diminue cependant après deux ans à prendre la pilule chez les adultes. En revanche, les adolescentes conservent un risque accru, même après avoir arrêté leur contraception orale.

Les changements hormonaux causés par la puberté en cause

Selon Therese Johansonn, évoluant au département d’immunologie, de génétique et de pathologie de l’Université d’Uppsala (Suède), la puissante influence des pilules contraceptives sur les adolescentes peut être attribuée aux changements hormonaux causés par la puberté. Comme les femmes de ce groupe d’âge ont déjà subi des changements hormonaux importants, elles peuvent être plus réceptives non seulement aux changements hormonaux, mais aussi à d’autres expériences de vie. En 2016, un rapport publié dans la revue JAMA Psychiatry avait révélé que l’utilisation de contraceptifs hormonaux était souvent liée à une utilisation ultérieure d’antidépresseurs.

Les pilules contraceptives combinées restent une excellente option pour de nombreuses femmes

Malgré ces risques, les auteurs de l’étude ont noté que la plupart des femmes utilisaient des contraceptifs hormonaux, et ne ressentaient que peu ou pas d’effets secondaires indésirables. « Il est important de souligner que la plupart des femmes tolèrent bien les hormones externes, sans ressentir d’effets négatifs sur leur humeur, de sorte que les pilules contraceptives combinées sont une excellente option pour de nombreuses femmes », conclut Therese Johansson. Cependant, il est important de prendre en compte les risques potentiels, en particulier chez les adolescentes, et de discuter avec un professionnel de la santé de la meilleure option contraceptive pour chaque individu.

Mots clés : pilule contraceptive, risque de dépression, adolescentes, changements hormonaux, puberté, contraceptifs hormonaux, effets secondaires, professionnels de la santé.

A LIRE AUSSI ...

Festival de Cinéma Africain : Femmes et Afroféminisme à l’honneur

Le Festival de Cinéma Africain de Tarifa-Tanger met en avant le cinéma...

Engagement des groupes armés pour la protection des civils en RDC

Engagement des groupes armés congolais pour la protection des civils A l’Hôtel...

‘Salim Berrada, le prédateur de Tinder au Maroc’

Salim Berrada condamné à 18 ans de prison pour viols et agressions...

Femmes du Sénégal : l’accès à la terre enfin possible

La lutte de Mariam Sonko pour l’accès des femmes à la terre...

[quads id=1]