Home Actualité internationale Décès de Nahel : les députés de l’opposition critiquent vivement (et proposent des suggestions) au gouvernement
Actualité internationale

Décès de Nahel : les députés de l’opposition critiquent vivement (et proposent des suggestions) au gouvernement

À l’Assemblée nationale, ce mardi 4 juillet, les oppositions de tous bords ont fait des questions au gouvernement une véritable mise en accusation de la majorité présidentielle sur la gestion des violences urbaines qui ont suivi la mort de Nahel. Dans la foulée, ces formations ont déroulé leurs propositions pour sortir de la crise.

Les questions au Gouvernement sur la mort de Nahel et les violences urbaines

Lors des questions au Gouvernement à l’Assemblée nationale, la mort de Nahel par un tir policier et les violences urbaines qui ont suivi ont été largement abordées. La Première ministre Elisabeth Borne a brièvement informé les groupes de la majorité présidentielle sur les actions du gouvernement pour faire face à ces violences. Les députés de l’opposition ont réclamé un débat à l’Assemblée nationale et ont proposé différentes solutions pour résoudre la crise, telles que l’abrogation de la loi Cazeneuve et la création d’un comité vérité et justice pour enquêter sur les violences policières.

Les différentes positions des partis politiques

Les différents partis politiques ont exprimé leurs positions sur la crise des violences urbaines. La France Insoumise a demandé un débat à l’Assemblée nationale et a critiqué le communiqué des syndicats de police. Les socialistes ont souligné l’importance de l’ordre et de la justice, tandis que les écologistes ont demandé l’abrogation de la loi Cazeneuve et des mesures de lutte contre les discriminations et le racisme. Le Rassemblement national a appelé à un sursaut sécuritaire et à l’expulsion des délinquants étrangers. Les Républicains ont demandé la publication régulière de l’activité de la justice et des mesures plus strictes pour les mineurs délinquants.

La réponse du gouvernement

Le gouvernement a répondu aux questions des députés en présentant un plan de sortie de crise en quatre points. Il a souligné la mobilisation des forces de l’ordre, la fermeté de la réponse pénale, la responsabilisation des réseaux sociaux et la nécessité de rappeler la responsabilité et l’autorité parentales. Malgré les propositions de l’opposition, l’exécutif est resté inflexible sur sa position.

Mots clés : mort de Nahel, violences urbaines, loi Cazeneuve, débat à l’Assemblée nationale, abrogation, comité vérité et justice, syndicats de police, discrimination, racisme, sursaut sécuritaire, expulsion des délinquants étrangers, mineurs délinquants, forces de l’ordre, réponse pénale, responsabilisation des réseaux sociaux, autorité parentale.

A LIRE AUSSI ...

Scandale financier : Samuel Eto’o risque la prison

Samuel Eto'o accusé de détournement de fonds pour la CAN 2023, risque...

Scandale financier : Samuel Eto’o risque la prison

Samuel Eto'o accusé de détournement de fonds pour la CAN 2023, risque...

Le sacre de Victoria United FC : le gouvernement de Paul Biya approuve la victoire de Samuel Eto’o

Victoria United FC remporte le championnat MTN Élite One 2023/2024 au Cameroun....

Horreur à Nkolfoulou : une jeune fille handicapée brûlée au fer à repasser par sa tante.

À Yaoundé, au quartier Nkolfoulou, une jeune fille handicapée a été victime...

[quads id=1]