Home Actualité internationale Religion: 11 évêques traduits en justice pour violences sexuelles, voici les détails!
Actualité internationaleSociété

Religion: 11 évêques traduits en justice pour violences sexuelles, voici les détails!

Ce lundi 7 novembre, une conférence de presse de la Conférence épiscopale de France, qui n’était pas prévue au programme, a eu lieu à Lourdes. Son président, Mgr Éric de Moulins-Beaufort, a annoncé que 11 évêques ou ex-évêques ont été « mêlés » devant le système civil ou judiciaire de l’Église.

Les chiffres et les faits font frémir. Des hommes de Dieu qui ont également porté le titre d’évêques ont été « mis en cause » devant les juridictions civiles ou la justice de l’Eglise pour des signalements de violences sexuelles, a annoncé le président de la Conférence des évêques (CEF), Eric von Moulins Beaufort.

« Il y a aujourd’hui six cas d'[anciens] évêques mis en cause devant la justice de notre pays ou devant la justice canonique », a déclaré le président du CEF, soulignant que ces cas étaient « connus » de la presse. L’un des évêques est décédé, a ensuite précisé le CEF, précisant qu’il s’agissait de Pierre Pican, décédé en 2018 et condamné pour non-dénonciation.

M. de Moulins-Beaufort a également indiqué que le cardinal Jean-Pierre Ricard, ancien évêque de Bordeaux, était également concerné. Ce dernier a reconnu il y a 35 ans un comportement « répréhensible » sur un mineur de 14 ans, a ajouté M. de Moulins-Beaufort à la lecture d’un message de ce dernier.

« J’ai décidé de me mettre à la disposition de la justice, tant au niveau sociétal qu’au niveau ecclésiastique », a déclaré le cardinal, affirmant avoir demandé « pardon » à cette victime.

La veille, dimanche 6 novembre, le cardinal Ricard leur avait adressé un communiqué dans lequel il déclarait : « J’ai décidé de ne plus garder ma situation secrète et de me mettre à la disposition de la justice, tant sur le plan sociétal que sur ce niveau de l’église ». Pour lui ce fut « un processus difficile, mais ce qui prime, c’est la souffrance des victimes et la reconnaissance des crimes commis, sans vouloir cacher ma responsabilité », poursuit-il.

Revenant sur les faits, il précise : « il y a 35 ans, quand j’étais prêtre, j’ai eu un comportement répréhensible envers une jeune fille de 14 ans », sans donner plus de détails sur ses agissements. « Mon comportement a inévitablement eu des conséquences graves et durables pour cette personne », admet-il, avant d’ajouter : « Je le lui ai expliqué et lui ai demandé pardon, ainsi qu’à toute sa famille. »

Le cardinal Ricard annonce donc qu’il « prendra un temps de retraite et de prière » avant de demander pardon à ceux qu’il a offensés et qui vivront cette nouvelle comme une véritable épreuve.

coups francs

Rf:camerounactuel

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Horreur à Nkolfoulou : une jeune fille handicapée brûlée au fer à repasser par sa tante.

À Yaoundé, au quartier Nkolfoulou, une jeune fille handicapée a été victime...

Marafa Hamidou Yaya : Un cri depuis les murs de Kondengui.

Dans une interview exclusive accordée au Magazine Jeune Afrique, l’ancien ministre camerounais...

Pèlerinage de la Ghriba en Tunisie : annulation due aux risques d’attentat

Le pèlerinage de la Ghriba à Djerba annulé cette année pour des...

Violence meurtrière : Un militaire tué dans une bagarre sanglante

Un soldat a perdu la vie dans une rixe qui a éclaté...

[quads id=1]