« Retraites : la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté dénonce l’utilisation abusive des gardes à vue à des fins répressives »

0

La contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL), Dominique Simonnot, a envoyé une lettre au ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, dénonçant une « instrumentalisation des mesures de garde à vue à des fins répressives ». Cette lettre fait suite à la manifestation record du 23 mars dernier contre la réforme des retraites, qui a entraîné l’interpellation de 457 personnes en France. Dominique Simonnot et ses équipes se sont rendues dans neuf commissariats parisiens pour contrôler les conditions de prise en charge des personnes interpellées. Le rapport joint à la lettre décrit des interpellations violentes, des fouilles systématiques en sous-vêtements, des conditions d’hygiène indignes, des espaces individuels insuffisants en cellule collective ou encore des irrégularités dans les fiches d’interpellation.

Le rapport souligne également que 80% des personnes interpellées ont été relâchées sans aucune poursuite et que les rares qui ont été jugées en comparution immédiate sont souvent ressorties libres du tribunal. La contrôleuse générale des lieux de privation de liberté s’inquiète d’une « banalisation de l’enfermement » et note que sur les 785 gardes à vue prononcées du 16 mars à la nuit du 22 au 23 mars, une semaine marquée par la multiplication des manifestations nocturnes après l’utilisation par le gouvernement du 49.3, 629 procédures ont été classées sans suite.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a répondu à ces observations en estimant que les accusations portées par la contrôleuse générale « excèdent ses compétences ». Pour lui, le nombre élevé de classements sans suite est lié à la difficulté de prouver les infractions, cela ne veut pas dire, selon lui, qu’elles n’ont pas été commises. Concernant les fiches d’interpellations incomplètes et les conditions de garde à vue, cela relève selon le ministre, du défi logistique lié au nombre important d’interpellations et au fait que certains rassemblements n’étaient pas déclarés.

Mots clés : contrôleuse générale, garde à vue, manifestations, répression, interpellations, conditions de détention, Gérald Darmanin.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: