World news – Affaire Grégory: cette nouvelle avancée qui peut s’avérer cruciale pour l’enquête

0
11

La fameuse affaire Grégory recommencera. A la demande des parents du petit garçon, tué le 16 octobre 1984, les tribunaux ont accepté de réaliser de nouveaux tests ADN.

Nouveau rebondissement dans l’affaire Grégory. Peu de temps après les événements, 37 ans, l’enquête, qui n’a jamais abouti, est reprise grâce à de nouvelles mesures qui pourraient finalement s’avérer décisives. En effet, Me François Saint-Pierre, l’un des avocats du couple Villemin, a annoncé ce mercredi 27 janvier que la justice avait donné l’autorisation de réaliser une nouvelle expertise ADN. Les parents du petit garçon, mystérieusement ligoté et pêché dans une rivière des Vosges en octobre 1984 à l’âge de quatre ans, avaient en effet exprimé le désir de la chambre d’instruction de la cour d’appel de Dijon de procéder à de nouvelles analyses. . Plus précisément, le but est de rechercher l’ADN de parents. De nombreux témoignages feront donc l’objet de cette expertise, comme les lettres que le célèbre corbeau a envoyées à la famille, mais aussi le bout de la seringue à insuline qui a pu euthanasier l’enfant ou ses vêtements. Qu’est-ce qui permet de résoudre l’un des crimes les plus mystérieux et incompréhensibles à ce jour?

Dans son livre Paroles d’avocat, publié le 12 janvier, Me Thierry Moser, avocat et ami des époux de Villemin, a confié à Jean-Marie la postface Villemin le mot. Le père de Gregory est revenu sur trois décennies de mystère: « Annihilation totale: Christine et moi l’avons ressenti après le meurtre de notre petit Gregor le 16 octobre 1984 », dit-il d’abord. Il a ensuite évoqué « la séquence tragique au cours de laquelle le juge instructeur Jean-Michel Lambert a manqué de mener son enquête, a libéré Bernard Laroche et a donné lieu à des rumeurs infâmes sur Christine ». Une série d’actions qui « l’ont poussé à ses limites ». Pour cette raison, il s’est lui-même rendu chez Bernard Laroche, son cousin germain, pour «lui faire avouer». En conclusion, il dit: « Dans un moment de confusion et de désespoir absolu, je l’ai tué. » C’est la première fois que le mari de Christine Villemin parle depuis 2006.

Les parents de Grégory ont encore réussi à se reconstruire après ce drame. Ils vivent désormais dans l’Essonne tandis que le père de Grégory est libéré de sa peine de 33 mois de prison. Si « les choses auraient pu s’arrêter là », il n’est pas question pour Jean-Philippe Villemin et sa femme de ne pas mettre fin à « la découverte totale de la vérité ».

Les informations recueillies sur ce formulaire sont traitées par ordinateur pour Reworld Media Magazines et / ou ses partenaires et prestataires de services pour pouvoir envoyer des conseils et des offres promotionnelles.
Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès, de modification et de suppression des données vous concernant.
Pour en savoir plus ou pour exercer vos droits, vous pouvez consulter nos conditions générales d’utilisation.

Ref: https://www.closermag.fr